Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Lire

Roman. Zaïre et Théophile, pas de pitié pour les nègres !

À un moment où l’on découvre que l’esclavage reprend du service, ce livre prend toute sa signification. Les archives coloniales ont permis à l’auteure martiniquaise, Imaniyé Dalila Daniel, de reconstituer une histoire d’amour, celle de deux esclaves décédés en 1838 à la Martinique, dix ans avant l’abolition de l’esclavage décrétée sous l’impulsion de Victor Schœlcher en 1848.

La domination totale du corps et de l’esprit par un propriétaire qui s’arroge le droit de vie, de mort et de vente est certainement la forme la plus simple et la plus cruelle de l’exploitation. Dans ces conditions, comment deux êtres ont-ils pu échapper à la surveillance de leurs maîtres pour se livrer à une des plus libres activités humaines qu’il soit ? Plus qu’un témoignage, cet ouvrage est à la fois un acte d’accusation et d’espoir.

Dans les pires conditions, l’être humain peut relever la tête, même quand on l’a mise à prix. Un roman historique d’actualité.

Yvon Huet

Zaïre et Théophile, Imaniyé Dalila Daniel, 2017, DKM édition, 25€.

Production de Humanstyleproduction

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Les nouveautes de la taxe d'habitation Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite