Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Lire

Conte de Noël inédit par Alain Serres et Zaü - partie I

La forêt de tous les possibles - partie I

Un conte de Noël écrit par Alain Serres et illustré par Zaü

 

l'arrivée

Mes grands-parents ne sont pas très jeunes, pas très vieux. Ils habitent une maison modeste, pas très belle, pas très moche.
Toute bleue.
Je ne les vois pas souvent. Ils vivent trop loin et l’autoroute coûte cher. Mais, à Noël, Maman a dit :
« Les sous, on s’en fout. Il nous faut la dinde, les marrons et aussi les grands-parents ! »
J’ai ajouté : « Oh oui ! Surtout pour moi, cette année… »


Quand on est arrivés, la maison sentait déjà le pain d’épice. En été, elle embaume la confiture d’abricots, pas trop acide, pas trop sucrée ; j’adore ! Surtout que Mamie Léonie y glisse quelques amandes, comme des fèves dans la galette des rois.


Mais, le plus important pour moi, c’est que leur maison a été construite il y a très longtemps par les parents de leurs arrière-grands-parents qui, aujourd’hui, sont devenus de vieilles photographies scotchées dans les cabinets.


Oui, cette maison vient de jadis. J’aime beaucoup ce mot que je n’entends qu’ici. Et, jadis, il y avait déjà, juste à côté de la petite maison bleue, l’étonnante forêt que tout le monde ici appelle : la forêt-de-tous-les-possibles.

la forêt


Quand on a envie de siffler, on va dans la forêt-de-tous-les-possibles et on y trouve tout ce qu’il faut pour se fabriquer des sifflets vraiment parfaits.

Il paraît qu’un jour, un arrière-grand-père a secoué un grand châtaignier et des poules couleur noisette sont tombées des branches !


Un autre jour, quand ma mère était enfant, elle a dit : « Champignon à pompon ! », et il s’est mis à pousser, en plein mois d’avril, autant de lapins que de chanterelles au mois d’octobre.


On raconte même qu’un roi,
qui prétendait être le Maître des horloges,
est venu ici, à la mi-mars,
pour tenter d’interdire le printemps !
Il voulait se prouver qu’il était bien plus
qu’un roi, bien plus qu’un dieu,
carrément le roi des dieux.
Ça a fait rire les oiseaux qui l’ont couvert de fientes !
Et le printemps n’a jamais été aboli !
Les Maîtres des horloges, en vérité, ne peuvent rien contre le temps des cerises.
Papy Lorenzo dit souvent :
« On a la chance de l’avoir, cette forêt, mais après tout,
c’est normal ! La chance n’appartient pas qu’aux riches ! »

 

 

 

Retrouvez la suite du conte Lundi...

 

Conte inédit écrit par Alain Serres et illustré par Zaü
pour Vie nouvelle 208

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Les nouveautes de la taxe d'habitation Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite