Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Lire

Conte de Noël inédit par Alain Serres et Zaü - partie II

La forêt de tous les possibles - partie II


Un conte de Noël écrit par Alain Serres et illustré par Zaü

Ce que j’aime aussi, ici, ce sont les leçons de géographie de ma grand-mère. Elle a appris la carte du monde sur la peau de Poulette, sa vache. Alors, souvent, elle me raconte le monde en lui caressant les flancs :
« Tu vois tous ces pays tranquilles ? Aucune frontière interdite ! Ils ont tous la même couleur et ils parlent d’une même voix : meuuuh ! Ici, c’est la mer couleur de lait. Et plus haut, les montagnes enneigées. Ah ! Je voudrais tant que ma vache gouverne le monde !


Elle serait tellement moins vacharde que ces gredins qui n’ont pitié ni des vieux ni des miséreux qui frappent à la porte ! »
Ce soir, c’est un Noël un peu spécial : le Noël de mes dix ans. Alors, la nuit dernière, j’ai rêvé d’un cadeau vraiment exceptionnel. À peine arrivé, j’ai embrassé les grands-parents et j’ai foncé vers la forêt pendant que mon grand-père cuisait des montagnes de bonshommes en pain d’épice. J’ai ramassé une pomme de pin puis, entre ses écailles bien ouvertes, je lui ai murmuré un
minuscule poème, en langue de pomme de pin, bien sûr :
–Wouak wouak pinfoul, spak spak, bring kapoul…

pomme de pin
Au dernier son que j’ai prononcé, elle est devenue dorée et lumineuse, effaçant toutes les ombres de la forêt.
Puis elle m’a répondu dans son langage parfumé :
– Pawak pivol zel zel zel !
J’ai couru jusqu’à la maison, ni trop vite ni trop lentement, pour annoncer la grande nouvelle :
– Ce soir, nous allons pouvoir voler !
Ma grand-mère n’a pas perdu une seconde, elle a aussitôt enchaîné :
– Je me coiffe et on y va !
Et mon grand-père n’a même pas râlé !
Il a ajouté :
– J’en prépare 50 de plus et encore 30, mais après y’aura plus de farine !
C’est là que j’ai suggéré :
– Alors faut aussi en faire des tout en bois !

grand-père


Tout le monde a ri, pas moi, j’avais ma petite idée. Mais tout le monde s’y est mis.
Du bois tendre, il y en avait bien sûr dans la forêt-de-tous-lespossibles, et des outils, dans la cabane du jardin. En sciant, ponçant, polissant, on en a fabriqué 50 et encore 100 et encore 421 !
Puis Mamie Léonie a attelé la vache ; la brave bête se laisse toujours faire. Elle a fixé de part et d’autre de ses deux cartes du monde les deux bras de la charrette des arrière-arrièregrands-parents, ceux qui ne savaient lire que leur nom, tellement c’est de l’histoire ancienne.

 

 

 

Retrouvez la fin du conte Mercredi...

 

Conte inédit écrit par Alain Serres et illustré par Zaü pour Vie nouvelle 208

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Achille Blondeau

Ancien dirigeant CGT des mineurs, résistant, déporté, est décédé samedi 21 septembre. José Fort l’a bien connu et il « aimait beaucoup cet homme vrai »…

Lire la suite