Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Idées

Climat. Accélération du réchauffement

C’est un des quatre thèmes du débat national organisé par le président de la République, celui de l’environnement. Il écrit même dans sa lettre aux Français qu’il « faut agir vite ». Mais aucune proposition, aucune piste, n’est formulée, alors que sa politique tourne le dos à ce qu’il serait urgent de faire.

Dans un rapport publié le 8 octobre dernier, le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) indique que les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter dans le monde, surtout dans les pays développés, dont la France.

Nous avons montré, dans Vie nouvelle, les changements à introduire dans la conduite de l’économie pour diviser par quatre la consommation d’énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz), afin de réduire les émissions de CO2 imputables aux transports, à l’habitat, à l’industrie et à l’agriculture. Cela fait trois ans qu'a été adopté à Paris le texte de la Cop21, visant à maintenir le réchauffement climatique sous la barre de +2°C d’ici 2100, par rapport à la température du milieu du XIXème siècle. Mais la France continue de donner la priorité à la route plutôt qu’au rail, ainsi qu’à la métropolisation des activités économiques dans les grandes agglomérations, au détriment des petites villes et des cantons ruraux.

Pas de changement de politique

La France maintient son soutien à la Commission européenne pour négocier des accords de libre-échange qui délocalisent dans des pays à bas coûts de main-d’œuvre nos productions industrielles et agricoles. Cette politique détruit du capital productif chez nous, accroît les transports de marchandises avec un bilan carbone désastreux. Elle crée du chômage et de la précarité, augmente le déficit de notre commerce extérieur. Même le retrait subventionné des vieilles voitures de la circulation pour, nous dit-on, réduire les pollutions, aggrave le bilan carbone du parc automobile. Il faut, en effet,utiliser toujours plus de métaux et d’autres minerais pour mettre sur le marché les nouveaux modèles qui sont souvent plus puissants et donc plus polluants que nos vieux véhicules. Parallèlement, la France et l’Europe exportent en Afrique les vieilles « caisses » retirées du marché.

Donc pas d’amélioration

Faut-il, dès lors, s’étonner que le GIEC nous dise que le réchauffement devrait avoir augmenté de +1,5°C entre 2030 et 2050 par rapport à la période préindustrielle ? Faut-il s’étonner qu’il nous dise que « tous les secteurs sont appelés à s’atteler à de profondes réductions d’émissions de GES », quand on sait qu’il faut réduire les émissions de CO2 de 45% avant 2030 pour éviter ce 1,5°C de réchauffement d’ici 2050 ?

Si la lutte contre le réchauffement est encore gagnable techniquement, un des membres du GIEC a déclaré, à l’occasion de la publication de ce rapport, que « la dernière chose à laquelle les scientifiques ne peuvent répondre, c’est si c’est faisable politiquement et institutionnellement. Nous avons remis le message aux gouvernements, nous leur avons donné les preuves, à eux de voir ».
Hélas, eux ne semblent rien voir!

Gérard Le Puill

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Les nouveautes de la taxe d'habitation Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite