Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Idées

Climat. Le fiasco de la Cop24

Constat d’échec de la 24ème Conférence des Nations unies sur le climat qui s’est tenue en Pologne. Trois ans après le Cop21, rien ne va plus.

En décembre 2015, 196 pays adoptaient l’accord de Paris sur le climat à la Cop21. La Cop24 devait répartir les efforts entre pays signataires pour donner un coup de frein au réchauffement. Car il ne s’est pratiquement rien passé depuis. En France, comme dans d’autres pays, on a vu croître les émissions de gaz à effet de serre (GES). Il y a plusieurs raisons à cela. Le texte adopté à Paris à l’unanimité n’était qu’un catalogue de bonnes intentions.

Faux-semblants

C’est pour avoir l’unanimité que Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement dirigé par Manuel Valls et président de cette Cop, a fait adopter un texte à deux chiffres. Le premier chiffre proposait de contenir la température moyenne du globe à +2°C par rapport à celle de la période préindustrielle de la première moitié du XIXème siècle. Le second convenait de tout faire pour limiter le réchauffement à +1,5°C d’ici 2100. C’était la condition pour que les pays les plus impactés par le changement climatique en cours signent le texte. François Hollande et Laurent Fabius voulaient que la Cop21 soit un succès diplomatique pour la France à l’approche de l’élection présidentielle de 2017. Cela supposait un vote unanime à la Cop21, mais le climat n’était pas leur premier souci dans cette affaire.

Il y eut ensuite la Cop22 à Rabat en décembre 2016 et la Cop23 à Berlin en décembre 2017. Mais, curieusement, le débat sur les efforts de chaque pays signataire du texte final de la Cop21 fut renvoyé à la Cop24 de Katowice.Entre temps, Donald Trump a été élu président des États-Unis. Il a retiré la signature de son pays de l’accord de Paris. Les États-Unis sont le plus gros pollueur avec plus de 15tonnes annuelles de GES par habitant, soit trois fois plus que la France.

Objectifs utopistes

Quelques semaines avant la Cop24, les scientifiques du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) insistaient sur la nécessité de retenir l’objectif de +1,5°C et d’agir sans attendre pour que les enfants qui naissent en ce XXIèmesiècle disposent d’une planète encore vivable d’ici l’année 2100. La conférence de Katowice n’a pas retenu cet impératif. Les engagements connus des États qui ont donné leur feuille de route à ce jour nous placent sur une trajectoire d’augmentation de la température moyenne du globe de 3,2°C d’ici la fin du siècle.

Alors que la température globale a augmenté d’environ 0,85°C depuis 100 ans et que nous constatons une multitude de dégâts faits de sécheresses, d’incendies et de tempêtes dévastatrices, le pire est à craindre pour les générations futures.

Gérard Le Puill

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Françoise Vagner

"J'ai tout aimé de ce que j'ai fait à la CGT". Ancienne secrétaire générale de l'UCR CGT, Françoise revient sur sa vie de militante et de dirigeante de la CGT.

Lire la suite