Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Idées

Après la déclaration de politique générale du Premier ministre

 

 

Communiqué de l'UCR CGT

APRÈS LA DECLARATION DE POLITIQUE GENERALE
DU PREMIER MINISTRE

 

Le premier ministre qui vient de faire sa deuxième déclaration de politique générale ne peut qu’inquiéter les retraités dans leur ensemble. Il a confirmé que les objectifs définis par le président de la République sont bons et qu’il n’y a rien à changer.


Pouvoir d’achat :


• Aucune revalorisation des pensions pour les retraités. Que penser de la promesse du Président de la République de réindexer les petites pensions sur l’inflation et plus tard pour l’ensemble des retraités. Rien n’a été confirmé Quelle sera la durée de cette revalorisation ? Rien sur le rattrapage du pouvoir d'achat perdu depuis des années.
• Électricité : Hausse de tarif abusive de 5,9 % depuis le 1er juin. « 40 % de la hausse proposée ne correspondent pas à une augmentation des coûts de fourniture d’EDF mais ont pour but de permettre aux concurrents d’EDF de proposer des prix égaux ou inférieurs au tarif réglementé », dénonce l’Autorité de la concurrence dans un avis rendu public le 25 mars dernier. C’est une dépense importante sur le budget des retraités qui globalement sont restés au tarif réglementé.

Écologie :
Il nous a beaucoup parlé d'écologie. Les restrictions de circulation des véhicules les plus polluants se multiplient poussant les automobilistes à acheter des véhicules neufs ou récents. Comment des retraités dont le pouvoir d’achat n’a cessé de régresser sont en mesure de changer de véhicule ? Beaucoup ont dépensé leur pension le 10 du mois. C’est l’exclusion pour de nombreux retraités.

Santé :
En matière de santé, les neuf syndicats et associations de retraités dans un communiqué de soutien aux personnels hospitaliers en lutte déclarait : « Les 9 organisations de retraités, réunies le 29 mai 2019 au siège de la FGR-FP, s’alarment de la situation dramatique des services hospitaliers des urgences. Les personnes âgées sont tout particulièrement concernées : Compte tenu du manque de lits de gériatrie qui, de plus, risquent de faire l’objet de nouvelles coupes budgétaires, compte tenu du manque de place dans les EHPAD et du coût des restes à charge demandés aux personnes âgées et à leurs familles. Dès lors, les personnes âgées n’ont bien souvent pas d’autre solution que de recourir aux services d’urgence ». Aucune réponse concrète du gouvernement, aucun moyen suffisants pour les hôpitaux, les Ehpad ne sont envisagés.

Fiscalité :
Le Premier Ministre annonce une baisse d’impôts de 5 milliards en disant bien qu’il faudra faire des choix dans les dépenses publiques. Va-t-on aller vers encore moins de services publics, des fermetures de postes, de lits d’hôpitaux, de guichets sécurité sociale. Va-t-on désertifier encore plus nos campagnes ?
"En même temps", pas un mot sur les 20 milliards d’euros de cadeaux faits au patronat avec le CICE qui coûte à l’État 20 milliards d’euros par an), l’exit tax (6 milliards), la fraude fiscale (au moins 100 milliards), etc.
Le 20 juin, les 9 organisations de retraités iront remettre au Président de la République les milliers de cartes pétitions qui exigent :
- L’annulation de la hausse de la CSG pour tous les retraités,
- La revalorisation de toutes les retraites,
- L’indexation des pensions sur l’évolution des salaires

Montreuil le 13 juin 2019

Crédit photo : Perguillaume [CC BY-SA 4.

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG des retraites : 4 taux possibles Nouveau !

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite