Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Repères › Santé

Prothèses, des avancées technologiques

Jamais les promesses d’être mieux soigné grâce aux avancées technologiques n’ont été aussi nombreuses. Certaines nous annoncent même qu’on saura bientôt réparer ou remplacer presque tous les organes. Mais qu’en est-il réellement ?

L’impression 3D permet, aujourd’hui, la fabrication de prothèses simples à très bas coût, ce qui constitue une avancée majeure pour appareiller les personnes handicapées, en particulier dans les pays pauvres.

Mais les grands progrès de ces dernières années consistent à associer des matériaux légers et résistants, comme la fibre de carbone et le titane, à des systèmes électriques commandés par des logiciels de programmation permettant de régler la prothèse en fonction des besoins et des demandes de la personne. La disponibilité de microprocesseurs puissants de très petite taille assure la collecte et le traitement de nombreuses informations. Par ailleurs, l’intelligence artificielle permet à la personne de ne plus s’occuper de la prothèse quand elle s’en sert, ce qui diminue l’effort mental et physique.

Le handicap moteur

Des recherches sont menées autour du pilotage d’un exosquelette à partir de signaux du cerveau. Le principe du projet repose sur le fait qu’imaginer un mouvement ou l’exécuter provoque la même activité cérébrale au niveau du cortex moteur. Des premiers essais chez des patients tétraplégiques sont encourageants, avec une possibilité de se tenir debout et de commencer à se déplacer.

Au niveau esthétique, l’innovation s’est concentrée sur le revêtement. Pour satisfaire les personnes souhaitant cacher au maximum leur prothèse, la peau doit être la plus réaliste possible. L’utilisation du silicone moulé, coloré grâce à une technique de spectrométrie, permet d’obtenir une pigmentation de peau très réaliste.

Un élément important à souligner est le fait que le sport a souvent fait avancer la technologie dans ce domaine. En effet, à la suite d’accidents, certains sportifs ont participé au développement de prothèses leur permettant de récupérer une partie de leurs performances antérieures.

Les déficits sensoriels

Les prothèses auditives traditionnelles se sont largement améliorées. Elles se sont miniaturisées, leur numérisation a permis de réduire les bruits parasites et les batteries rechargeables évitent de changer trop souvent des piles minuscules.
Mais ce sont les implants cochléaires qui ont révolutionné la prise en charge de la surdité profonde. Ces appareils permettent de transformer les sons en stimulations électriques envoyées directement au nerf auditif, contournant la partie de l’oreille interne qui ne fonctionne plus. Auparavant réservés aux adultes, ils sont mis en place, aujourd’hui, chez de nombreux enfants qui ont ainsi l’opportunité de suivre une scolarité normale.

À ce jour, les lunettes restent le principal remède aux problèmes visuels et malgré les recherches effectuées dans ce domaine, les progrès restent limités du fait de la complexité de fonctionnement de l’œil. Nous touchons ici les limites de la technique !

Des recherches et des espoirs dans d’autres domaines

Les difficultés rencontrées par le cœur artificiel, développé par la société française Carmat, montre qu’il ne faut pas céder trop facilement aux enthousiasmes initiaux de certains promoteurs de techniques dites révolutionnaires.
Cependant, d’autres avancées moins visibles améliorent la vie de nombreux patients. C’est le cas des nouveaux stimulateurs cardiaques interrogeables et pilotables à distance ou des pompes à insuline qui évitent les fastidieuses injections pluriquotidiennes chez les diabétiques.
Des travaux sont menés dans de multiples domaines et certains - mais pas forcément tous - se traduiront par de véritables progrès.

En voici quelques exemples :
> Des implants en biomatériaux devraient permettre une chirurgie dite micro-invasive (avec de petites incisions) pour réparer des fractures du dos avec un minimum d’impact.
> On sait déjà fabriquer de la peau, mais demain il sera sûrement possible de remplacer un morceau de rein, par exemple, par ce qu’on appelle un patch de tissu vivant.
> Un pancréas artificiel permettra de « guérir » du diabète, etc.

Principal problème… le coût

Dans notre économie de marché, les industriels qui investissent dans ce secteur évoquent des chiffres d’affaires potentiels à plusieurs centaines de milliards d’euros. En effet, les prothèses de plus en plus complexes coûtent de plus en plus cher. Il est clair que face à l’arrivée sur le marché de produits trèsonéreux, il est nécessaire qu’un véritable débat national permette de définir des règles assurant que les personnes qui en ont besoin puissent bénéficier des meilleures solutions au meilleur coût. La question posée est celle du juste prix, au-delà de la problématique de la rémunération des actionnaires de sociétés exploitant des brevets dont ils veulent maximiser le rendement sur une période la plus réduite possible.

La réponse ne peut être celle mise en place par le gouvernement actuel avec une prise en charge obligatoire par les organismes d’assurance maladie complémentaire de produits trop souvent de premier prix. Il ne faut pas nier le fait que cette mesure constitue une avancée pour un nombre important de personnes qui, jusqu’à présent, devaient renoncer, trop fréquemment, à des prothèses auditives, par exemple. Cependant, il n’est pas acceptable que régulièrement des souscriptions soient lancées par des patients ou des familles pour pouvoir acheter du matériel indispensable à l’amélioration de leur quotidien.

Seule solution : la Sécurité Sociale

Il est clair que la seule solution passera par une prise en charge par la Sécurité sociale de l’ensemble des prothèses modernes dans un système réactif prenant en compte les évolutions des techniques, tout en assurant une maîtrise des coûts qui doit pouvoir utiliser tous les moyens, y compris dans certains cas pour des raisons de santé publique, en faisant tomber très rapidement des brevets dans le domaine public.

Dr Christophe Prudhomme

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG des retraites : 4 taux possibles Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Achille Blondeau

Ancien dirigeant CGT des mineurs, résistant, déporté, est décédé samedi 21 septembre. José Fort l’a bien connu et il « aimait beaucoup cet homme vrai »…

Lire la suite