Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Ecouter/Voir

Uzeste Musical, le choix de la création et de l’improvisation

Une fête de la musique, « pas de la musique à vendre, de la musique à vivre » selon les mots agiles de Bernard Lubat. Dans ce bouillon de culture la CGT d’Aquitaine a fêté 30 ans de « co-élaboration » de l’Hestejada des arts. « On n’en sort pas indemne » dit Alain Delmas et c’est vrai, pour notre bonheur.

Une rencontre pas comme les autres

A Uzeste les artistes connus et reconnus en croisent d’autres qui le sont moins, pas encore ou pas du tout, sans publicité, en toute simplicité. Musiciens, comédiens, écrivains, spectateurs, syndicalistes, amateurs de jazz se donnent rendez-vous dans ce petit village pour bien autre chose que les seuls spectacles pourtant nombreux et de grande qualité.

A Uzeste, les militants de la CGT ne se contentent pas d’assurer la logistique des manifestations, ils participent à l’élaboration du programme et organisent des débats. Car il s’agit ici de confronter et croiser le travail des uns et des autres. D’apprendre des autres, qui ne partagent ni les mêmes préoccupations, ni les mêmes ambitions mais un désir commun, celui de transformer nos conditions de femmes, d’hommes, de les libérer des contraintes et des souffrances que nous infligent un modèle économique et un pouvoir politique à lui asservi. C’est le sens de la présence du secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, et de Valéry Paulet responsable régionale de la CGT qui ont participé aux débats d’Uzeste musical.

La CGT et l’Hestejada une histoire à vivre

Il y a 30 ans, Alain Delmas, responsable CGT des jeunes CGT du département, prend contact avec Bernard Lubat et lui demande d’animer une manifestation. L’artiste accepte et c’est le début d’une histoire où des militants CGT de plus en plus nombreux investissent ce lieu qui est devenu un laboratoire artistique et politique.

Cela n'a pas toujours été simple. Alain Delmas en convient : "La question du rapport du syndicalisme à l'art n'a été que très peu abordé dans l'histoire de notre organisation ». Il ajoute : "Uzeste a été un laboratoire qui nous a permis des initiatives hors les murs, avec des plasticiens, des photographes, des chercheurs, des écrivains, des comédiens durant ces 30 années de compagnonnage." Les militants et les artistes présents à Uzeste vous le diront : ils ont beaucoup appris de ces confrontations amicales et leurs regards sur leur propre démarche ont changé

La démarche créatrice, le goût de l’improvisation, l’aptitude à l’inattendu sont indispensables à la pensée et à l’action du syndicalisme. La sensibilité des artistes, leur intelligence du mouvement du monde et des êtres sont précieux pour le mouvement social. La CGT et la création artistique ont une riche histoire commune, il est urgent de la dynamiser.


Pascal Santoni


Trente ans de CGT à Uzeste. Le livre.

Cela méritait bien un livre ! C’est fait ! Jean-Michel Leterrier en est l’auteur. La façon dont il en parle donne envie : « Ce livre sera illustré par de nombreuses iconographies, dessins, caricatures, photos. Il donnera surtout la part belle aux acteurs de cette aventure : les militants de la CGT, artistes, festivaliers, il évoquera la nature et les raisons de notre présence au regard de l’histoire de la CGT et de la politique culturelle de notre confédération. Ce beau livre, dans l’esprit du festival, sera accompagné d’une préface de Philippe Martinez et d’une postface de Bernard Lubat. ».



Alain Delmas a été la cheville oeuvrière, de cet engagement des militants de la CGT dans l’aventure de l’Hestejada de las arts créée par Bernard Lubat. Il revient sur les réticences et les enthousiasmes des militants de la CGT. Il livre sa conception du travail commun, chacun restant soi, qui doit animer l’organisation syndicale et le monde des artistes et des chercheurs et invite les militants de la CGT à se joindre à la belle aventure d’Uzeste Musical.

Valéry Paulet, secrétaire du comité régional CGT Aquitaine, depuis 2015, est venue une première fois à Uzeste, à l’invitation de Lydie Delmas pour participer à un débat de la campagne « Pas de bébés à la consigne ». Elle décrit comment sa participation à Uzeste Musical a influé sur sa pratique militante et nous parle des rapports entre les femmes et les hommes au sein de la CGT. « La place des femmes c’est encore une question de femmes malheureusement ». Mais elle est optimiste !

 

 

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG des retraites : 4 taux possibles Nouveau !

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite