Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
L'UCR et vous › Retraités en Europe

Retraités du Nord et du Sud, mêmes combats

C’est un événement singulièrement opportun qui s’est tenu en Tunisie en juin dernier : une Conférence internationale des organisations syndicales de retraités du bassin méditerranéen. Le dialogue entre les pays du Sud et ceux du Nord de la Méditerranée est en effet décisif en ces temps de mondialisation mortifère.

C’est au 11e congrès de l’UCR-CGT à Bordeaux, à l’initiative de François Thiéry-Cherrier, secrétaire général de l’UCR-CGT, que fut prise la décision d’élargir les rencontres intersyndicales à l’ensemble des organisations du bassin méditerranéen. Le projet d’une conférence avait pris forme sous l’impulsion de quatre organisations : l’UCR-CGT, la SPI-CGIL (Syndicat des pensionnés italiens), la CCOO (Commissions ouvrières d’Espagne) et l’UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens).

C’est dans un contexte lourd de menaces sur la situation des retraités dans les pays du Nord comme du Sud de la Méditerranée et dans celui, plus dramatique et tragique des migrants que s’est tenue la Conférence à Monastir, ville natale d’Habib Bourguiba.

La délégation de l'UCR : Olivier Jouchter, Hubert Schwind, Mireille Paume, Monique Mouhat, Josiane Blanc, Cathy Tran Phung Cau, Jean-Claude Plewinski, Pascal Santoni pour Vie nouvelle, Jessica Kadri qui a assuré le secrétariat.

Neuf pays étaient présents : Tunisie, Maroc, Italie, France, Espagne, Slovénie, Croatie, Chypre, Grèce, représentés par 21 organisations syndicales, ainsi que l’association Tunisie-France, et 82 syndicalistes. Des militants venus pour décrire la situation dégradée des retraités dans leur pays et demander que des actions concrètes soient envisagées autour de revendications convergentes.
Les travaux de la rencontre ont été précédés d’une conférence de presse au siège de l’UGTT, suivie par la télévision nationale tunisienne et 9 autres médias écrits et audiovisuels.

Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi a tenu à être présent à la Conférence et s’est adressé aux représentants des retraités en leur assurant le soutien de l’UGTT.

Abdul Karim Jarad, secrétaire général adjoint, chargé de la Protection sociale, a ouvert la première séance et a proposé comme objectif la mise en place de bases nationales de la protection sociale conformément aux recommandations de l’OIT.

Traitement criminel des migrants

« Les migrants sont les premières victimes des fauteurs de guerre, pilleurs économiques de ces pays producteurs de pétrole et autres richesses minières », devait déclarer d’emblée Hubert Schwind, dirigeant de l’UCR-CGT. Un sujet très sensible sur lequel Mireille Paume revenait dans son intervention : « Alors qu’ils ont cotisé toute leur vie de travail, les migrants ne sont pas assurés de bénéficier de leurs droits à la retraite. Et que dire de ceux qui n’ont pu légaliser leur situation et qui se retrouvent sans droits à la retraite ». Josiane Blanc et Cathy Cau devaient également aborder le problème de la protection sociale des travailleurs immigrés en activité et à la retraite et proposer un socle de revendications communes.

Une protection sociale dérisoire

Les retraités issus de l’immigration qui sont retournés dans leur pays ont en effet de grandes difficultés pour recouvrer leurs droits. Il est fréquent que des retraités attendent 6 à 8 mois avant de toucher leur première pension.
De nombreux représentants des pays du Sud ont déploré, par ailleurs, la situation sanitaire des retraités, le manque de moyens financiers pour se soigner, mais aussi la pauvreté des structures médicales et des centres d’accueil pour personnes dépendantes.

En Croatie, 53% des retraités vivent en dessous du seuil de pauvreté, 30% n’ont aucun revenu. Au Maroc, l’âge de la retraite a été repoussé de 4 ans et l’attaque des libéraux contre tous les acquis des retraités est permanente. À Chypre, l’âge de départ a été fixé à 65 ans, le montant moyen des pensions est 480 euros inférieur à ce qu’il était en 1963 !

Le secrétaire général de la fédération des retraités Tunisiens, Abdelkader Nasri, nous confiait, dans un entretien, qui sera diffusé sur le site internet de l’UCR-CGT, que « le principal problème demeurait celui des basses pensions . Des actions puissantes, réunissant plus de 50 000 retraités à Tunis, avaient permis d’arracher des augmentations conséquentes mais encore insuffisantes ». Malgré l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes en Tunisie, la situation des femmes est souvent précaire et plusieurs intervenantes en ont souligné la gravité.

Des engagements concrets

Au terme de deux jours d’échanges d’une grande richesse d’expériences souvent émouvantes, il s’agissait de prendre des engagements. C’est ce qui a été consigné dans la Déclaration finale adoptée par la Conférence : démarches des organisations de retraités avec leur confédération auprès des pouvoirs publics et des institutions communautaires pour favoriser l’adoption de conventions entre les pays du Sud et ceux du Nord, exiger le respect des droits des migrants, la régularisation des sans-papiers, combattre l’austérité et promouvoir des politiques alternatives de nature à rapprocher les peuples et à renforcer les garanties sociales au service des retraités.

Afin de développer des initiatives communes, la Conférence a décidé de constituer un comité de suivi élargi qui devrait se réunir une fois par an, et plus si nécessaire. La prochaine réunion se tiendra à Madrid.
Une Conférence décidée à tenir ses promesses.

Pascal Santoni

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Jean Pierre Grenon

Le physique d’un rugbyman et l’allure chaloupée, Jean-Pierre Grenon a le regard malicieux de ceux qui en savent long sur la vie syndicale et sociale.

Lire la suite