Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Dossiers › TEMOINS

Achille Blondeau

J’ai connu Achille à son retour du Chili alors sous la dictature de Pinochet. Il y avait mené une mission de solidarité pour la CGT et avait témoigné dans « l’Humanité ». Une mission pour le moins mouvementée. Puis, nous sommes restés en lien - à la fin téléphonique - étroit.

J’aimais beaucoup cet homme vrai, ce personnage haut en couleur, ce combattant infatigable. Lors d’une fête de « l’Humanité », il m’avait fait l’honneur de m’inviter à un repas qui réunissait quelques-uns de ses meilleurs camarades. Une sorte d’adieu avant l’heure.J’entends encore sa voix.
Jusqu’à la fin de sa vie, Achille est resté fidèle à ses engagements de jeunesse et souhaitait rester informé. C’est ainsi qu’il avait demandé à son fils, Guy, il y a quelques jours de lui garder les exemplaires de « l’Humanité » pour savoir comment s’était déroulé le rendez-vous de La Courneuve.

L’historien Pierre Outteryck a publié en 2006 (2) un livre retraçant la vie d’Achille Blondeau préfacé par François Duteil. J’avais présenté l’ouvrage dans « l’Humanité ». Voici l’article.


« Sacré Achille Blondeau. Avec cet ancien mineur, résistant, déporté et dirigeant syndical, on ne perd jamais son temps. Il a toujours une anecdote à servir, une histoire à raconter, un commentaire à formuler. Toujours avec le sourire, parfois avec une pointe d'ironie. Mais attention, l'homme peut avoir la dent dure. Et s'il n'a pour bagage que le certificat d'études, avec mention très bien s'il vous plaît, ce personnage a tenu la dragée haute aux patrons des mines, à l'occupant nazi, aux dirigeants politiques, y compris à Georges Pompidou.
Un ouvrage consacré à ce responsable charismatique de la fédération CGT du sous-sol, habile négociateur et fidèle dans ses engagements comme en amitié, aurait pu sombrer dans l'hagiographie. Tel n'est pas le cas.

Voici un livre que l'on referme avec émotion. Il ne s'agit pas seulement de l'histoire d'un rebelle, d'un militant ouvrier, d'un communiste, mais plutôt, grâce à la plume de l'historien Pierre Outteryck, d'une fresque sur la vie et les luttes des mineurs replacée dans l'actualité française et internationale des soixante-dix dernières années.

L'auteur indique que cette biographie est « le fruit d'une alchimie savante : la volonté d'un dirigeant de ne pas voir des pans d'histoire tomber dans l'oubli, celle d'un historien d'en rendre compte de la façon la plus scrupuleuse possible ». Le pari est réussi, l'auteur mêlant à son texte remarquable de brèves interviews d'Achille. Et le lecteur se prend à vivre en direct des événements. Va-t-on boire une chopine et écouter les hommes qui reviennent de la mine dans le petit café tenu par le père d'Achille, avant de suivre l'adolescent jusqu'à la fosse Bernard, pour plus tard, parce que « être mineur, c'est résister », assister aux interrogatoires dans les caves de la Gestapo avant la déportation, puis au retour et aux combats dans les rangs des FTP ? Allons-nous rejoindre les mineurs en grève à la Libération, Achille répliquant « les communistes t'emmerdent » à Auguste Lecoeur qui, ne pouvant obtenir la fin du mouvement, exigeait que « les communistes reprennent le travail ».

Les grandes grèves de 1948, de 1963, de 1968, la montée du jeune militant syndical à Paris, ses voyages chez les mineurs du monde entier, son arrestation à Santiago du Chili sous la botte de Pinochet, ses interrogations au retour des voyages dans les pays dits du « socialisme réel », ses relations avec le directeur des Charbonnages de France, son activité de secrétaire général de la fédération des travailleurs du sous-sol CGT sont autant de récits à mettre dans toutes les mains, en particulier des plus jeunes.

Achille a été tout cela et aussi... dirigeant et arbitre de football préférant écourter un voyage que de louper le match attendu.

Quand un joueur se montrait trop brutal, il arrêtait la partie, appelait l'entraîneur, le capitaine, et leur disait : « Dites bien à ce joueur que, s'il ne se calme pas, je l'expulse. Je préfère que vous finissiez le match à onze, alors à vous de jouer. »

Achille Blondeau a toujours et sur tous les terrains joué collectif.»

José Fort

Les obsèques d’Achille Blondeau auront lieu jeudi à 14h 30 au cimetière d’Avensan 33 480.

Achille Blondeau, mineur ,résistant, déporté, syndicaliste. Pierre Outterick, Ed Geai Bleu, 240 pages.

Achille Blondeau au Plateau des Glières en 2013 (Gilles Perret)



Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Françoise Vagner

"J'ai tout aimé de ce que j'ai fait à la CGT". Ancienne secrétaire générale de l'UCR CGT, Françoise revient sur sa vie de militante et de dirigeante de la CGT.

Lire la suite