Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Repères › Santé

Comment notre santé a été marchandisée

La crise sanitaire est un révélateur dramatique des effets destructeurs de la privatisation rampante de notre système de santé. Les acquis sociaux obtenus au cours du XXe siècle n’ont jamais été acceptés par les libéraux, qui n’ont eu de cesse depuis de tenter de les éliminer. Dans le domaine de la santé, entre autres.

Les théoriciens de cette revanche sont les économistes de l’École de Chicago qui considèrent que l’État doit limiter son action à ses missions dites régaliennes, c’est-à-dire l’armée, la police et la justice. Deux secteurs mobilisant des ressources importantes ont, dès le départ, été dans leur viseur, à savoir l’éducation ainsi que la santé et la protection sociale. En France, l’hôpital public,qui s’est fortement développé lors des Trente glorieuses, aété fragilisé du fait du maintien d’un secteur d’hospitalisation privée, à but lucratif, représentant un tiers de l’activité ;ce qui en fait le plus puissant de toute l’Europe.

Complémentarité public/privé

Jusque dans les années 1990, l’essentiel des cliniques privées étaient la propriété des médecins qui les avaient fondées. Il s’agissait donc de petits entrepreneurs propriétaires de leur outil de travail. Un réseau d’hôpitaux et de cliniques a ainsi irrigué le territoire.Ils étaient présents en complémentarité sans être vraiment en concurrence, y compris dans les petites villes. Tout le monde s’en satisfaisait sous le couvert du principe de la médecine libérale du « libre choix du patient ».

Bascule vers le marché

Mais dès la fin des années 1970, avec Margaret Thatcheren Grande-Bretagne et Ronald Reagan aux États-Unis, ceux qui ont été appelés les Chicago Boys- qui avaient fait leurs dents au Chili, appelés par Pinochet pour mettre à bas toutes les réalisations du gouvernement de l’Unité Populaire -, ont investi les gouvernements pour mettre en œuvre leur entreprise de bascule vers le marché de la majorité des services publics. La version française de ce tournant a été la politique de rigueur initiée par Pierre Bérégovoy et poursuivie inlassablement par tous les gouvernements, depuis, quelle qu’ait été leur couleur politique, sans l’assumer pour ne pas provoquer trop de remous dans la population.

Stratégie organisée

Cependant, au fil des ans, les mesures se sont accumulées pour réduire les moyens de l’hôpital, tout en organisant une pénurie de médecins permettant de justifier les fermetures, sous l’argument de l’insuffisance de praticiens. Il faut bien intégrer le fait que ces gens travaillent dans la durée,s’appuyant sur une stratégie très organisée adaptable au fil du temps aux situations locales, en sachant parfois lâcher un peu de lest quand la situation sociale devient trop tendue. Mais ils ne perdent jamais de vue leur objectif final.

"L'or gris"...

Le meilleur exemple de l’application de leur entreprise est l’ouverture du marché de la perte d’autonomie. Ils parlent de « l’or gris » ou « silver-economy », avec les Ehpad privés qui contrôlent, aujourd’hui, une part importante du marché et sont même majoritaires dans les départements disposant d’une population solvable, c’est-à-dire dans les métropoles. Les maisons de retraite privées étaient anecdotiques avant que le ministre socialiste Claude Evin n’ouvre grand les vannes au privé et permette la constitution de groupes ayant maintenant un chiffre d’affaires de plusieurs milliards d’euros et qui s’internationalisent en investissant les bénéfices faits en France avec l’argent de la Sécurité sociale, mais surtout celui des personnes âgées et de leurs familles.

En effet, quel scandale de payer plus de 3000 euros par mois dans des établissements sous-dotés en personnels, ce qui se traduit par une maltraitance que les salariés ne veulent plus assumer. Comment accepter que les résidents ne bénéficient que de deux douches par mois et que le temps disponible pour donner à manger à une personne démente dépendante n’est que de 8 minutes !

Emmanuel Macron est issu de ce modèle. D’une part, c’est sa formation, d’autre part sa campagne électorale a été financée par des capitalistes, fervents partisans de la doctrine de l’École de Chicago. Nous avons là un premier de la classe, beaucoup mieux armé et efficace, pour terminer le travail commencé par ses prédécesseurs, dont ses amis considèrent qu’ils n’ont pas toujours été à la hauteur, car cédant trop souvent aux « Gaulois réfractaires ».

La lutte pour guérison

Aujourd’hui, l’hôpital se dirige vers une « mort clinique » si nous n’arrivons pas à les stopper. Le mouvement actuel qui embrase les établissements, avec un soutien très majoritaire de la population, doit nous rendre optimistes. En effet, les revendications mises en avant par l’ensemble des professions avec les syndicats, des collectifs et jusqu’aux professeurs de médecine montrent que l’affrontement est bien sur les valeurs et les idées. D’un côté le service public financé par la Sécurité sociale, de l’autre côté le monde du marché, avec sa logique de rentabilité de l’hôpital-entreprise financé par les assureurs.

Partout dans le monde, des luttes ont lieu pour préserver les services publics et exiger qu’ils soient financés à la hauteur des besoins. Non par l’École de Chicago, c’est-à-dire les théoriciens du capitalisme débridé, destructeur et inhumain, qui commencent à être démasqués. Il nous faut continuer le combat, y compris en utilisant leurs armes, notamment la fameuse « pédagogie » d’Emmanuel Macron. Rien n’est perdu et tous ensemble nous allons réanimer l’hôpital et plus largement notre système de santé et notre Sécurité sociale.

Dr Christophe Prudhomme

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Jean Pierre Grenon

Le physique d’un rugbyman et l’allure chaloupée, Jean-Pierre Grenon a le regard malicieux de ceux qui en savent long sur la vie syndicale et sociale.

Lire la suite