Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Repères › Santé

Danger, privatisation

Avec beaucoup de persévérance et une grande minutie dans la communication, le Medef considère que son appétit commercial dans le secteur sacralisé de la santé est légitime. Il faut dire que le patronat, en 1945, bien discrédité par ses actes de collaboration avec l’ennemi n’était pas en position de force pour négocier avec les résistants. Depuis, il s’est refait une virginité aux yeux d’une partie de la population ; en 70 ans la mémoire, si elle n’est pas entretenue, s’efface.

Confusion entretenue

Avec la progression rampante de l’individualisme, organisée par le capitalisme, la notion même de solidarité peut s’émousser. Le manque d’information et les publicités mensongères risquent de créer la confusion entre assurances et mutuelles. Face à une proposition d’adhésion, difficile de repérer s’il s’agit d’une vraie mutuelle ouvrière avec un conseil d’administration de personnes non rémunérées ou d’une assurance avec des actionnaires avides de toucher leurs dividendes. La plupart du temps, les informations données s’attardent sur les tarifs, les risques pris en charge, avec quelquefois des tournures de phrases ambiguës, mais pas grand chose sur la finalité de l’entreprise.


Les difficultés économiques des familles ou des personnes seules ne créent pas les conditions idéales pour avoir le recul nécessaire à la réflexion. Lorsque les fins de mois sont difficiles, les marges de manoeuvres sont quasiment nulles. Le chacun pour soi risque de se substituer petit à petit à « l’envie du vivre ensemble ». Pourtant, ce qui a été fait en 1945, au moment où le pays était ruiné, doit être encore possible, alors que la France n’a cessé de s’enrichir.
Ce qui a changé, c’est l’appétit du patronat qui n’a aujourd’hui aucune limite. Il en veut toujours plus, aucun secteur d’activité ne doit lui échapper. Tout doit faire du profit ! Et vite !

A l'occasion des 70 ans de la Sécurité sociale, la Cgt a édité une brochure retraçant sa création, son histoire et ce qu'elle est aujourd'hui.

Elle est disponible auprès des Unions départementales et fédérales.

Proximité à conserver

Depuis la réforme du code de la mutualité, les nouvelles règles concernant les fonds propres, les modes de gestion et de contrôle sont imposés à tout le secteur assurantiel ou mutualiste. Ce modèle complexe à mettre en place fait la fortune des cabinets de conseil pour les petites structures. Il n’est pas étranger au large mouvement de concentration qui s’est opéré ces dernières années. Nous sommes passés de 6 000 mutuelles à 750 aujourd’hui.

Pourtant celles qui reposent sur des solidarités de proximité sont les seules susceptibles de tisser des liens entre les professionnels de santé et leurs adhérents. De tels rapprochements sont indispensables pour développer la prévention et garantir l’accès aux soins pour tous. Faire vivre la démocratie au sein de structures de plus en plus importantes, ce que les conditions économiques semblent imposer, est de plus en plus abstrait pour les adhérents.


L’affaire du Médiator a montré l’opacité des relations entre les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé. Le débat sur l’organisation des soins et leur financement doit être mené au grand jour avec la population et les différents acteurs concernés.

Dossier paru dans Vie Nouvelle n°190.

Dessin de Pierre Corneloup
Rejoignez-nous Les retraités près de chez vous La lettre d'information
Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
L'actualité juridique. Les réformes, les lois, les décrets, la jurisprudence qui intéressent les retraité(e)s. - Nouvel article -

Lire la suite

Témoins
Jean Pierre Grenon

Le physique d’un rugbyman et l’allure chaloupée, Jean-Pierre Grenon a le regard malicieux de ceux qui en savent long sur la vie syndicale et sociale.

Lire la suite