Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Idées

Numérique. Une France à débit limité

Les espaces ruraux de faible densité sont souvent isolés et mal desservis. L’absence d’infrastructures de télécommunication pénalise la production de contenus et de services. Une fracture numérique mal vécue et probablement… durable.

Avec un peu plus de 115 habitants au km2, la France est un des pays les moins denses d’Europe. Elle est composée principalement de zones de faible densité (moins de 30 habitants au km2 selon l’Insee), de territoires très urbanisés (environ 75 % de la population) et d’espaces qualifiés de périurbains s’invitant entre ces deux configurations. Selon la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (Datar), il existe trois types d’espaces en France : des zones de concurrence, des zones d’opportunité et des zones de fragilité.

C'est le marché qui choisit

Dans une économie de marché débridée comme celle que nous subissons, évidemment, les premières bénéficient des investissements et de toutes les attentions des opérateurs. Dans les zones d’opportunité, sensibilisées aux technologies de l’information et des télécommunications, mais souvent isolées des grandes infrastructures, les opérateurs ciblent leurs investissements de manière… opportune ! Enfin, les zones de fragilité sont pour l’essentiel des territoires ruraux n’ayant pas accès à la diversité d’offres technologiques pour se connecter à des prix abordables.

Les moyens privés pour désenclaver les territoires ruraux sont quasi inexistants. Seules, les politiques publiques de l’État et des collectivités permettent d’envisager, à moyen terme, une ouverture vers le numérique de ces espaces de faible densité, mais dont la présence humaine est hautement stratégique.

Promesses numériques, insuffisances politiques

Le volet numérique présenté fin 2015 dans le Grand emprunt national d’avenir et mis en oeuvre par le Commissariat général à l’investissement (CGI) ne semble pas vraiment en mesure d’apporter des solutions concrètes. Les 4,5 milliards d’euros annoncés pour « investir dans la société numérique » s’avèrent très insuffisants. Rien que pour les zones non rentables, au moins 30 milliards sont nécessaires pour les seules infrastructures. Tout cela sonne comme un aveu d’impuissance du pouvoir.

Nous assistons à la création d’un Internet à haut débit (ADSL et fibre) à deux vitesses : très rapide pour les villes et très lente pour les villages. Les solutions s’envisagent désormais à travers des collectivités territoriales intervenant à la place du privé et de… l’État.
À condition qu’elles en aient les moyens...

Dossier Vie Nouvelle

VOIR :

 

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Jean Pierre Grenon

Le physique d’un rugbyman et l’allure chaloupée, Jean-Pierre Grenon a le regard malicieux de ceux qui en savent long sur la vie syndicale et sociale.

Lire la suite