Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Lire

Un homme, un arbre, une passion

Retraité des télécoms et militant à l’UCR-CGT, Albert Roumieu s’est pris de passion pour l’olivier en s’occupant de parcelles héritées de ses parents. Il en a écrit un livre et organise des séances de dégustation d’huile d’olive.

Avec un demi-siècle de militantisme à la Cgt dans les Bouches-du-Rhône, Albert Roumieu, fils de petits paysans provençaux, a fait carrière comme dessinateur dans un bureau d’études de France Télécom à Paris puis à Marseille. Outre le militantisme, il s’est trouvé une nouvelle passion une fois en retraite. Quand son père décède en 1997, sa mère lui demande que faire des trois petites parcelles plantées de 150 oliviers à Pélissanne, près de Salon-de-Provence. Jusque-là, Albert gardait de bons souvenirs, sans plus, des journées de récoltes conviviales et des repas pris en plein air à l’automne. Il consulte son frère.

Héritage formateur

« Une fois la décision prise de m’occuper des oliviers, j’ai lu des livres, suivi des conférences, assisté à des démonstrations de taille des oliviers et j’ai aussi appris à déguster l’huile d’olive», dit-il modestement.

Albert Roumieu a assisté, un jour de printemps, à une journée d’étude organisée par le Mouvement de lutte pour l’environnement dans une propriété champêtre avec quelques oliviers. Ce jour-là, il a parlé à ses amis de tout ce qu’il avait déjà appris sur l’huile d’olive et l’histoire, plusieurs fois millénaire, de l’arbre emblématique du bassin méditerranéen. Ceux-ci lui ont suggéré d’écrire un livre.

Longtemps, il refusera cet exercice.Mais ces amis lui proposent d’enregistrer ses propos et de leur donner vie dans un ouvrage. Soucieux de garder la maîtrise du regard qu’il porte sur l’olivier et ses huiles, sur le rôle des sols et les microclimats, Albert a pris la plume. L’Olivier, passionnément !(*) est paru en 2013.

Voyage parmi les goûts

Mais c’est lors des séances de dégustation qu’Albert préfère transmettre ses connaissances. « Industrielle en Italie et plus encore en Espagne, l’huile d’olive reste une activité artisanale dans le sud de la France. Nous sommes passés de 35 millions d’oliviers en 1850 à 5 millions un siècle plus tard. Aujourd’hui,il en existe 7 millions. Alors que les industriels produisent une huile au goût constant car rectifié par des arômes,moi j’aime faire voyager mes interlocuteurs dans les nuances de goûts qui vont du fruité vert au fruité noir, en passant par le fruité mûr. Il s’ajoute aussi des différences selon les variétés d’olives, la nature des sols, sans oublier la touche spécifique de chaque moulin à huile artisanal sauvé de l’abandon par des passionnés », commente Albert Roumieu.

« Avec l’expérience, on arrive à savoir dans une dégustation à l’aveugle de quelle variété et de quel terroir vient une huile d’olive, de même que le degré de maturité du fruit au moment du pressage. Comme pour le vin, le climat de l’année influence beaucoup la qualité du millésime de l’huile d’olive », affirme notre spécialiste, 100% autodidacte.


Gérard Le Puill

(*) L’Olivier, passionnément ! d’Albert Roumieu, éditions Emile communication.

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
L'habilitation familiale, alternative à la tutelle Nouvel article

Lire la suite

Témoins
Alain Harimza

Il est né au Maroc mais supportait mal le régime d'Hassan. Harcelé par la police il quitte son pays pour la France. Parcours d’un migrant, parcours de militant.

Lire la suite