Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Idées

Rêve général. Science-fiction ?

A la veille du congrès de l’UCR donnons-nous le droit de glisser vers ce qui n’est aujourd’hui qu’un rêve ou même une utopie. Mais qui nous fait tellement envie. Pourtant, n’avons-nous pas les moyens de faire que ce soit un jour « pour de vrai » ?

Toute la famille est réunie pour fêter les 100 ans de Nathalie. Avec le petit Dérek, son arrière-arrière-arrière-petit-fils, né il y a quelques jours, six générations sont présentes. Tous contents de se retrouver, chacun évoque les souvenirs les plus marquants de ce siècle qui a passé bien vite. C'est un joyeux brouhaha un peu bruyant, mais qu'importe, entourée de ceux qu'elle aime, Nathalie est heureuse.

Une des 200 000 centenaires français

Depuis 40 ans, Nathalie vit dans un appartement bien équipé en domotique, situé en centre-ville. Elle s'y plaît beaucoup, même si la perte de son conjoint, il y a cinq ans, l'a beaucoup affectée. Elle va à la piscine avec ses copines, ne rate pas les après-midis dansants et les repas de famille. Niveau santé, ça va. Il faut dire que la robotisation, très redoutée à une époque, a vraiment apporté une aide salvatrice dans tous les actes de la vie courante. Les corvées se sont allégées, le ménage, l'entretien du linge, les courses. Même si ses forces déclinaient, elle n'est pas inquiète pour l'avenir. Le service public de soutien à domicile est à son écoute pour lui apporter toute l'aide dont elle pourrait avoir besoin et son financement est assuré par la protection sociale.

L'argent ne va plus dans la poche des actionnaires

La situation est plus saine depuis que la Sécurité sociale et les complémentaires santé ont fusionné, les soins sont remboursés à 100%. Une seule cotisation est prélevée sur les salaires. Des économies d'échelle et une gestion publique ont permis de rétablir un équilibre financier. Certes, lors de ce regroupement, ça n'a pas été facile, il a fallu « recaser » les nombreux salariés travaillant dans toutes les structures en doublon.

Mais la généralisation de la diminution du temps de travail à 30h par semaine et la mise en place de la retraite modulable à la carte ont permis une transition en douceur. Ce bouleversement a été mené de front avec un programme ayant pour objectif l'amélioration de la santé de la population et la maîtrise des dépenses.

L’accent a été mis sur la prévention

Le renforcement de la médecine scolaire et universitaire et la création d'un service de protection de la santé des seniors en relation avec la médecine du travail ont été déterminants. Le secteur des soins curatifs n'a pas été oublié, les budgets des hôpitaux ont été réformés, le nombre des personnels médicaux et paramédicaux adapté aux besoins. En supprimant la pénurie de médecins, les dépassements d'honoraires ont presque disparu. Malgré la baisse imposée des prix des médicaments, l'industrie pharmaceutique reste un secteur à assainir.C'est un gros chantier, car la capacité d'un pays à produire ses médicaments est un élément essentiel d'indépendance.

La genèse de ces changements

Le vote massif des retraités pour la grève générale a certainement été l'élément déclencheur. Mais c'est surtout l'ampleur de la participation, avec plus de 10 millions de grévistes, qui a stupéfié tout le monde, du jamais vu ! Toutes les associations du pays ont été touchées dans leur fonctionnement. Les ONG caritatives ne jouant plus leur rôle de cache-misère, les bénéficiaires se sont révoltés. Les associations sportives ont cessé d'accueillir les enfants et les jeunes pour leurs activités et les matchs. Les grands-mères ont refusé de jouer les nounous, entraînant un absentéisme incontrôlable dans les entreprises. Les petits boulots n'étant pas assurés, plus de portage de journaux, d'accompagnement des enfants à la sortie des classes, une vraie pagaille ! Par contre, que de discussions dans les familles et les entreprises.

Le gouvernement a tenté d'ignorer les revendications, en vain

Les retraités, grâce à leur temps libre, ont envahis les marchés, les centres commerciaux, les gares, les lieux publics expliquant leur vision d'une société plus juste, valorisant les capacités créatives, le travail, la solidarité, pour ne pas laisser les puissances financières gouverner nos vies. L'argent ne crée rien, ne réfléchit pas, n'aime pas. Il engloutit toutes les richesses créées par les hommes comme un trou noir jamais rassasié.

Les retraités bercés par les idées géniales de leurs parents et grands-parents ont fait revivre « les jours heureux ». Ouf ! Il était presque trop tard, notre civilisation était en danger.

Yolande Bachelier

Rejoignez-nous Les retraités près de chez vous La lettre d'information
Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
L'actualité juridique. Les réformes, les lois, les décrets, la jurisprudence qui intéressent les retraité(e)s. - Nouvel article -

Lire la suite

Témoins
Jean Pierre Grenon

Le physique d’un rugbyman et l’allure chaloupée, Jean-Pierre Grenon a le regard malicieux de ceux qui en savent long sur la vie syndicale et sociale.

Lire la suite