Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Manifestations

EHPAD. Une journée d'action pour la dignité

Près du tiers des personnels des EHPAD et maisons de retraite ont fait grève ce mardi 30 janvier, à l’appel de 7 syndicats de la santé : CGT, CFDT, FO, Unsa, CFTC, CFE-CGC et Sud, avec le soutien de l'Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et de 9 organisations de retraités.

Le gouvernement ne devrait pas mépriser ce qui vient de se passer le mardi 30 janvier dans tous les départements de France. Partout sont dénoncés le manque d’effectifs et le manque de moyens pour accueillir et soigner dans des conditions dignes les personnes dépendantes.

Une mobilisation inédite et explicite

Le taux de mobilisation des grévistes déclarés et des personnels assignés est de 31,8%", a indiqué leur administration, la Direction générale de la cohésion sociale. Depuis des mois les personnels réclament "davantage de moyens humains pour plus de dignité". En 2017, on a compté une centaine de grèves dans des Ehpad, à la suite de celle des Opalines à Foucherans dans le Jura qui a duré près de trois mois.
A Paris, plusieurs milliers de personnes, salariées des maisons de retraite et retraités ont défilé vers le ministère de la Santé, pour exiger plus de moyens pour s'occuper "dignement" des personnes âgées. Des rassemblements ont également lieu dans de nombreuses villes : Bordeaux, Nantes, Rennes, Lyon, Strasbourg, Limoges, Perpignan, Marseille, Nice, Lille ou encore Clermont-Ferrand, Tours, Châteauroux et Orléans.

Une situation inacceptable, indigne

" Aujourd'hui, si les aides-soignants n'arrivent pas à accomplir leur mission c'est par manque de temps, de moyens, de formation et parce qu'il n'y a pas assez de salariés ", explique Albert Papadacci, délégué syndical CGT à la Korian et qui s’indigne : "Des salariés en arrivent à se dénoncer comme maltraitants"
Frédéric Pommier journaliste raconte le quotidien de sa grand-mère : " Elle adorait manger ... Depuis qu'elle est en EHPAD elle a perdu 20 kilos."

"Autant de cynisme à l'égard des personnes âgées est insupportable" déclare Pascal Champvert, président de l'Association des Directeurs au service des Personnes Agées (AD-PA). Il ajoute : "Madame Buzyn ( la ministre de la Santé) a repris il y a 4 mois 100 millions dans les caisses de solidarité pour l’autonomie (CNSA), qui finance les accompagnements des personnes âgées handicapées au détriment des personnes âgées et aujourd’hui, elle dit « je vais en donner 50. Ce n’est pas sérieux."

Pourquoi une telle situation dégradée ?

Le gouvernement l’explique par le vieillissement de la population. Mais cela était prévisible et rien ne peut justifier que la 5ème puissance mondiale soit incapable d’accueillir dans des conditions dignes de leur contribution à la richesse du pays les retraités et les personnes âgées et dépendantes.

Mais il faut savoir que l’ EHPAD est d'abord un produit financier rêvé, reconnu par les fonds d'investissements, les banques et les assurances comme une valeur sûre depuis plus de 20 ans. Selon une étude de Retraite Plus, le coût moyen mensuel d'un séjour en EHPAD était de 2 553 € en 2015. Un coût très élevé, inaccessible pour de nombreuses familles.


Le groupe Korian, par exemple, un des leaders du secteur a connu croissance moyenne annuelle de son chiffre d'affaires de plus de 20% entre 2005 et 2015 ! Côté public la réforme de la tarification des maisons de retraite, adoptée par le précédent gouvernement, va entraîner une baisse de 200 millions d'euros des dotations annuelles allouées aux maisons de retraite publiques: une décision qui devrait affecter les 7000 EHPAD que compte la France. On comprend que l’objectif poursuivi par le gouvernement Hollande comme celui de Macron est d’accélérer la privatisation et la marchandisation de l'extrême vieillesse.

« Quand on veut privatiser… »

C’est bien connu : quand on veut préparer la privatisation d’un secteur public, il faut d’abord réduire drastiquement ses moyens pour que les « usagers-clients » s’en détournent pour rejoindre le secteur privé. C’est la véritable raison de la situation dramatique que connaissent la plupart des établissements publics et privés : la financiarisation du secteur de la santé dans tous les domaines.

Les luttes des personnels des EHPAD avec le soutien des résidents et des organisations de retraités sont de nature à enrayer ce processus dévastateur de la vie des anciens et de leurs proches. Saluons la réussite de leur journée d’action du 30 janvier. Car il est de l’intérêt de toutes et tous qu’elle se prolonge partout, jusqu’à l’obtention des effectifs et des moyens nécessaires à l’amélioration urgente des conditions d’accueil et de soins des résidents actuels et futures des EHPAD et des maisons de retraite.


Pascal Santoni

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
L'habilitation familiale, alternative à la tutelle Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Alain Guichard

1968 : une année bien remplie pour Alain, qui, quelques mois après son service militaire et tout jeune fonctionnaire aux impôts entame une grève de 35 jours, prélude à mai 68...

Lire la suite