Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Lire

Roman. Boccanera. Une femme détective privée

Ghjulia, prononcez Dioula ou Diou en langage SMS, de son joli prénom, est d’origine Corse. Le genre d’origine que l’imagerie médiatique situe plutôt entre le cagoulé et le mafieux. La cinquantaine parfaitement assumée, Ghjulia est une femme sensible aux malheurs du monde qui l’entoure, ne déteste rien moins que l’injustice et le fait savoir. Femme libre d’esprit et de corps, elle s’entoure d’amis sûrs, un inspecteur du travail syndicaliste, un commissaire de police progressiste, ancien-amant toujours aimé, un tendre colocataire à la vie que les coincés du bulbe qualifieraient de dissolue et des voisins papis et mamies bourrés d’indulgence.

Boccanera est contactée par un inconnu, un certain Lasalle Dorian, qui lui demande d’enquêter sur la mort de son ami, un ingénieur Italien trouvé nu et étranglé chez lui. La police semble avoir opté un peu rapidement pour un accident survenu lors d’une séance sado-maso, la victime étant connue pour ses penchants homosexuels. Mais les événements qui vont se succéder révèlent à l’évidence qu’il ne s’agit pas d’un accident de parcours sexuel. Après l’assassinat de Dorian, Ghjulia est elle-même violemment agressée et sauvée in extrémis de la strangulation par son voisin.

Ghjulia raconte son enquête et nous fait vivre toutes les pérégrinations d’une enquêtrice faussement désinvolte, bravant avec une certaine inconscience des dangers qui se multiplient, jusqu’au dénouement surprenant que je me garderai de vous livrer.

L’écriture est vive, sans chichis, une relation rapide des faits, des émotions, des doutes et des convictions intimes. Des phrases courtes incisives, brutes, succédant à des moments calmes et pleins de tendresse pour la ville de cœur de Ghjulia et visiblement de l’auteure, Nice. Là encore pas la ville-clichés, celle de la promenade des Anglais et des vieilles argentées mais aussi la Nice des quartiers populaires et de leurs habitants attachants.

Le problème avec ce roman c’est qu’une fois entamé on a du mal à s’en séparer, tellement le rythme est prenant, surprenant. La personnalité de Ghjulia faite de simplicité et d’humanité séduit. L’intrigue n’est guère éloignée de l’actualité. Vous ne serez pas dépaysé, magouilles, tripatouillages, conflits d’intérêts…La différence entre la fiction et notre réalité c’est que dans le roman les méchants sont finalement punis alors que dans notre société ce n’est pas toujours, pas souvent le cas.
Raison de plus pour plonger dans Boccanera.

Pascal Santoni

Le mot de l'éditeur Patrick Raynal : “Si Montale et Corbucci avaient eu une fille, c’est à Boccanera qu’elle ressemblerait !”


Boccanera de Michèle Pédinielli. Aux éditions de l’Aube, 2018. Disponible dans les bonnes librairies et sur Amazon. Broché : 17,90 €, livre numérique : 11,90 €

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
L'habilitation familiale, alternative à la tutelle Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Alain Guichard

1968 : une année bien remplie pour Alain, qui, quelques mois après son service militaire et tout jeune fonctionnaire aux impôts entame une grève de 35 jours, prélude à mai 68...

Lire la suite