Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Manifestations

La riposte des retraités

15 mars. Près de 200 000 retraités se mobilisent sur tout le territoire, dans toutes les villes, petites ou grandes, contre le sort qui leur est fait. La CSG augmentée de 1,7 point a fait déborder le vase. Le mouvement est lancé. Il s'inscrit dans une perspective printanière au parfum de la lutte.

Nous l'attendions, cette manifestation. L'accueil favorable des militants de la Cgt retraités dans toutes les initiatives publiques antérieures faisait augurer d'une réaction à la hauteur de l’enjeu qui concerne toutes les générations. Preuve en est faite : deux fois plus de monde que le 28 septembre 2017 !

Le pouvoir a fait croire qu'il suffisait de ponctionner les vieux pour aider la jeunesse à sortir de ses difficultés. Une entreprise de division et d'intimidation qui ne peut masquer la réalité. Les retraités ne veulent plus être les dindons d'une mauvaise farce, qu'on se le dise !

Salariés des Ehpad et retraités unis

Déjà dans les Ehpad, où 600 000 retraités vivent majoritairement dans des conditions indécentes, les personnels excédés par leurs conditions de travail se sont levés courageusement le 30 janvier dernier. Aujourd'hui, ils étaient là, en masse, pour exiger les moyens d’exercer leur métier dignement. Quelle réponse cinglante à l'arrogance d'un pouvoir qui essaie de faire passer, sur ce sujet comme sur d'autres, le char de l'exclusion. Dans le seul but de continuer à protéger la caste des riches, la vraie, celle qui amasse des sommes considérables en essayant de se masquer derrière un rideau de mensonges.

Les vieux disent NON, c'est le moins qu'on puisse dire. Leur réaction salutaire peut augurer de nouvelles mobilisations populaires pour exiger que leur pays ne continue pas à mettre la solidarité sociale et générationnelle à l'index.

manifestation du 15 mars 2018

Le compte n'est pas bon

À noter, derrière les banderoles traditionnelles des syndicats, un nombre impressionnant de pancartes fabriquées par les retraités, soit en petits collectifs, soit individuellement, pour dénoncer tous les aspects de l'escroquerie de Macron et de son équipe.


Chacun a fait ses comptes, de -100 euros à -1500 euros par an, une ponction gigantesque qui remet en cause le principe même de la solidarité entre les générations. Plus encore, et très nouveau dans une manifestation de retraités, la présence de citoyens qui n'avaient jamais manifesté de leur vie et qui, aujourd'hui, disent que trop, c'est trop et viennent le faire savoir.


Et oui, Monsieur le Président, vous n'avez pas en face de vous les militants habituels que vous retoquez en permanence, vous avez le peuple, dont vous parlez beaucoup, qui vous demande des comptes et refuse vos arguments fallacieux. Il ne veut plus vous aider à le dépouiller, tenez-vous en pour dit.

Le service public en bandoulière

Cerise sur le gâteau d'une relance du mouvement social, l'attachement des retraités au service public trouve dans les luttes que mènent les personnels des hôpitaux, les cheminots, pour ne citer qu'eux, un motif de plus pour œuvrer à la convergence des revendications des actifs et des retraités, dans l'unité syndicale la plus large possible, et faire, enfin, reculer le pouvoir en place.

La presse, même la bâillonnée, révise sa copie

Comme par miracle, la presse habituellement cantonnée à relayer l'argumentation de l'Élysée ne peut éviter ces sujets sensibles, du Figaro qui a fait un dossier pour décortiquer les mauvais procès faits aux cheminots, jusqu'à Libération, l'Express, ou Marianne, aux radios, notamment Radio Bleu, qui commencent à changer de ton, tant la colère monte, en popularisant le mouvement. La question de la solidarité entre les générations est devenue un sujet sensible qui remet en cause le martèlement honteux d'un pouvoir qui fustige les vieux « privilégiés » qui, par millions, n'arrivent pas à boucler leur fin de mois.


Une envie de mai envahit les paysages de notre pays. Le plus bel hommage que l'on puisse rendre à de jeunes années qui n'ont pas pris une ride. Le combat continue, d’autres actions sont déjà en prévisions. Ne lâchons rien !

Article issu du numéro spécial "mai 68" de Vie nouvelle. Pour ne rien perdre d'un information riche et précise, abonnez-vous !

Yvon Huet
Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Les nouveautes de la taxe d'habitation Nouvel article

Lire la suite

Temoins mai 68
Un ancien de RVI Blainville

Salarié en mai 68 à la SAVIEM-Blainville dans le Calvados, il avait travaillé chez Citroën à Paris. "Depuis 1966 ça bougeait" dit-il, mais en mai 68 premiers piquets de grève et intervention des CRS...

Lire la suite