Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actualités › Actu

Urgent : rompre avec la logique marchande

Dans la santé comme dans bien d’autres domaines, une nouvelle approche de l’économie fondée sur le partage et la solidarité s'impose pour répondre aux besoins des populations. Ce n’est pas le choix de ce gouvernement qui croit encore malgré le désastre aux bienfaits du marché livré à lui-même.

Le président de la République s’est engagé à tirer les enseignements de la crise sanitaire. « Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre État-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des outils indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché », a-t-il déclaré, le 12 mars dernier, dans une allocution télévisée.

Changement de pied d’Emmanuel Macron, quand son gouvernement a délibérément ignoré les revendications des personnels de santé et continué d’infliger une sévère cure d’austérité à l’hôpital public, sachant que l’Ondam (Objectif National de Dépenses d’Assurance Maladie) voté en 2019 correspond à un nouveau tour de vis de 860 millions d’euros pour l’hôpital ? L’avenir le dira.

Quelle finalité de l’activité économique ?

En vérité, l’hôpital, comme l’ensemble des services publics, est victime d’une politique libérale fondée sur la marchandisation de l’économie. La quête permanente de rentabilité financière et du profit immédiat n’est pas toujours compatible avec la réponse aux besoins des populations. Ainsi, la tarification à l’acte (T2A), qui, pour des raisons de productivité,pousse l’hôpitalà disposer d’un taux d’occupation des lits à 100%, est une aberration médicale. Les mêmes considérations économiques ont conduit à une réduction drastique du stock de masques dans notre pays (plus de 1 milliard de masques chirurgicaux et 700 millions de masques FPP2) et à la liquidation de l’Eprus (Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires), au mépris du principe de précaution pourtant inscrit dans la Constitution.

Les effets déstreux de la rentabilité à court terme

C’est encore la quête du profit qui a été à l’origine de la délocalisation de la production des médicaments dans les pays à bas coûts, comme l’Inde ou la Chine, mettant à mal notre souveraineté sanitaire. De même, le temps long de la recherche fondamentale s’accommode mal avec l’exigence du retour sur investissement à court terme commandé par la logique marchande de l’économie. Ce qui a le don de mettre en colère Bruno Canard, directeur de recherche CNRS à Aix-Marseille et spécialiste des coronavirus.Il a dû abandonner ses travaux sur cette famille de virus en 2006, faute de financement, malgré l’alerte de la crise du Sras en 2003 et sachant que l’émergence des virus est appelée à s’accélérer avec le changement climatique et la perte de biodiversité.

Sortir du discours macronien

Il est urgent de rompre avec la logique marchande qui se trouve au cœur de la doctrine libérale et de réorienter l’activité économique en développant un service public de qualité pour mieux répondre aux besoins de la population. C’est vrai dans le domaine de la santé, mais aussi de l’éducation, de la recherche, de la culture, des services aux personnes âgées dépendantes… La liste n’est pas exhaustive.

Cette conception de l’activité économique est non seulement un facteur de lutte contre les inégalités et la pauvreté, mais elle est sans doute aussi la seule à être en capacité de répondre aux enjeux fondamentaux tels que la transition écologique et la préservation de l’environnement et de la biodiversité. Cette politique a évidemment un coût. Cependant, il convient de sortir du discours macronien qui donne à choisir entre la baisse de l’impôt ou la suppression des services publics. Il faut notamment refonder la politique fiscale, en mettant, d’une manière ou d’une autre les riches à contribution, les ménages comme les entreprises. Une nouvelle approche de l’économie fondée sur le partage et la solidarité.

Dossier Vie nouvelle « Préparons demain »

Dessin de Pierre Corneloup

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Françoise Vagner

"J'ai tout aimé de ce que j'ai fait à la CGT". Ancienne secrétaire générale de l'UCR CGT, Françoise revient sur sa vie de militante et de dirigeante de la CGT.

Lire la suite