Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actualités › Actu

HOMMAGE. TOUT SUR...ANNE SYLVESTRE !

Le principe d’une Rencontre avec… notre journal était acquis. Restait à en fixer la date. Elle avait d’abord fait la moue à cause de cette référence à la retraite dont elle considérait que le principe ne la concernait pas. Sa disparition nous prive de ce rendez-vous. Elle ne s’en sortira pas comme ça !

Beaucoup a été dit sur Anne à l’annonce de son décès (à écouter ou réécouter la sensible chronique de François Morel sur France Inter). Nous avons voulu en savoir un peu plus encore. J’ai appelé mon ami Gilles Tcherniak qui la connaît bien. C’est lui qui m’avait ouvert la possibilité de concrétiser la rencontre. Il était comme quelqu’un venant de perdre un être très proche. C’était le cas : « J’étais petit garçon lorsqu’Anne faisait ses tout débuts au cabaret le Cheval d’or tenu par mon père, Léon. J’ai d’abord eu ce rapport d’un gosse à la jeune et belle adulte qu’elle était. Après avoir débuté à La Colombe, elle devient un des piliers du cabaret de mon père, partageant l’affiche chaque soir avec Bobby Lapointe, Roger Riffard, Raymond Devos et bien d’autres. »

Insatiable travailleuse

« Les gens mettent tout sur notre "talent", alors que ce que nous faisons est d’abord le résultat d’un travail de longue haleine », disait-elle. À 85 ans, comme à 20, Anne travaillait toujours pour elle comme pour aider les autres. Elle était une assidue des petites salles pour découvrir et encourager les talents. Elle tenait, gratos, un petit atelier d’écriture au sein duquel, s’attachant à la personnalité de jeunes auteurs, elle transmettait à chacun les armes de son énorme qualité d’écriture pour l’exprimer. Son écoute des jeunes chanteurs lui était, par ailleurs, disait-elle, « indispensable pour se ressourcer ».

Attentive à toutes… et à tous

Féministe ? Assurément et sans concessions. Mais, à bien les écouter, ses textes attestent qu’elle savait faire la différence entre l’agression machiste, qui l’horrifiait et qu’elle fustigeait sans réserve ni pitié, et les tendres opportunités de la séduction.

Lorsqu’elle s’était attardée jusqu’à tôt le matin au Forum Léo Ferré, qu’elle fréquentait assidûment, et qu’on lui proposait de la raccompagner, elle insistait pour prendre le tramway. « Je me mets au fond et je regarde les gens », disait-elle. Tôt le matin, ces gens dont elle parle, ce sont les « premiers de corvées »… dont on ne parle pas… On les retrouvera plus tard, mis en lumière, au carrefour d’un couplet de l’une ou l’autre de ses chansons.

Anne Sylvestre travaillait à la sortie d’un CD avec de nouvelles chansons dont un duo avec le jeune Gauvain Sers. Elle préparait sa rentrée parisienne pour Janvier 2021 avec quatre concerts à la Cigale. C’est tout elle !

Pierre Corneloup


À écouter : Anne Sylvestre, 60 ans de chansons ! Coffret 19CD.

 

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite


Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Co-propriete, du nouveau dans la gestion Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS/ACTEURS
Jean Pierre Grenon

Jean-Pierre nous a quittés. Ses ami.e.s, ses camarades se souviendront longtemps de l'homme, du militant, de l'acteur dynamique du syndicalisme retraité. Il était notre témoin en octobre 2017.

Lire la suite