Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Repères › Pouvoir d'achat

FISCALITÉ. UN JEU DE BONNETEAU GOUVERNEMENTAL

Très insuffisante au regard de l'inflation galopante, la revalorisation des pensions en juillet pourrait être une bonne nouvelle, si elle n'était pas émaillée de chausse-trapes.

Madame Borne, toute nouvelle Première ministre, annonce à grands renforts d’interviews que le gouvernement, dans sa grande mansuétude, octroie une augmentation de 4 % des pensions en juillet face à l'inflation. Cette hausse s'ajoutera au 1,1 % déjà appliqué au 1er janvier 2022. Soit, d'après elle, un gain de 60 € tout de suite pour un retraité percevant une pension de 1 200 €.

C’est faux !

Il y a plusieurs contre-vérités, pour ne pas dire mensonges, dans ces déclarations.

• Un pourcentage d'augmentation surévalué.
La pension d'un retraité qui perçoit 1 200 € mensuels est constituée en moyenne par une pension de base (Cnav) de 700 €, le reste est composé de diverses retraites complémentaires. Les régimes complémentaires Agirc-Arrco n'ont pas encore décidé de suivre le gouvernement sur ces mesures. Ils prendront leur décision en novembre.
Pour le moment, l'augmentation s'effectuera uniquement sur la pension de base, soit pour l'exemple donné un gain de 28 € seulement !

• Une date d'encaissement erronée
La revalorisation sera appliquée dès juillet, mais les retraités ne verront leur compte crédité de cette somme qu'en août. Dans le meilleur des cas, ils percevront cette augmentation sur 5 mois seulement. Cela modifie le montant annuel qui n'est plus, de ce fait, à 4 %, si on le ramène à l'année complète.

• Une sous-évaluation de l'inflation
Depuis 10 ans, le niveau des pensions, malgré son inscription au Code de la Sécurité sociale, n'a pas été indexé sur l’inflation, entraînant une perte importante de pouvoir d'achat des retraités : plus de 10 % en 10 ans, selon le COR*. Rien que 5,2% d’inflation pour mai 2022, Élisabeth Borne l'estime quant à elle à 4,5%.

Yolande Bachelier

*COR : Conseil d'orientation des retraites


 

Le piège des conséquences fiscales

L'augmentation des pensions, si elle apparaît comme très en dessous des besoins des retraités, aura tout de même pour conséquence une augmentation du montant des revenus 2022 déclarés. Si les barèmes de l'impôt sur le revenu ne sont pas modifiés pour tenir compte de ces augmentations, une grande partie du gain perçu par les retraités sera récupéré via les impôts, par le biais de l'augmentation automatique du chiffre calculé pour le Revenu fiscal de référence. Ce RFR est important dans le calcul du taux de la CSG, mais également dans les droits ouverts pour de multiples prestations sociales (allocation logement, tarifs divers de services), en fonction du nombre de parts du foyer et du montant des pensions. Les conséquences financières pourraient aller de l'effacement de l'augmentation, à une perte plus importante de pouvoir d’achat.

Il faut mener la lutte pour l'augmentation des pensions assortie de mesures fiscales si on ne veut pas que le gouvernement donne d’une main et reprenne de l’autre.


 

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite


Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG et CRDS des retraites en 2021 Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS/ACTEURS
Madeleine Riffaud ou la résistance au cœur

La vie de Madeleine Riffaud est un hommage à la résistance sous toutes ses formes et en toutes circonstances. Nous lui avons demandé de revenir sur les épisodes marquants de cette vie incroyable.

Lire la suite