Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
L'UCR et vous › Retraités et territoires

Syndicalisme en fête en Savoie

Dans une société minée par une sorte de dépression sociale sous les coups répétés du libéralisme économique dévastateur, il est judicieux de mêler actions revendicatives et rassemblement festif. C’est ce que font les retraités de Savoie, depuis 35 ans…

C’est une tradition bien établie chez les retraités CGT de Savoie. Depuis 35 ans, ils tiennent leur journée revendicative et festive. François Thiéry-Cherrier, secrétaire général de l’UCR-CGT, a participé aux travaux cette année, au côté de Martine Leblond, secrétaire départementale.

Dès 1983, un rassemblement d’une journée avec une matinée revendicative et une après-midi festive fut organisé à Aiguebelle et renouvelé en d’autres lieux du département les années suivantes. À partir de 1988, ce rassemblement prit le nom de « Journée rencontre de l’USR-CGT Savoie ». Cette année, les retraités du département syndiqués à la Cgt se sont donné rendez-vous à Montmélian, le jeudi 5 juillet pour la 35ème édition. Des initiatives de covoiturage ont été mises en place à partir des principales villes et même de certaines usines du département. Les thèmes des débats de la matinée étaient centrés sur l’opposition à la politique du président de la République et de son gouvernement. Cela a commencé, dès janvier, avec 1,7 point de CSG supplémentaire sur les pensions brutes et cela ne passe pas auprès des retraités.

Des retraités combatifs pour leur pouvoir d’achat…

Cette combativité sera rappelée en début de journée par Martine Leblond, secrétaire générale de l’USR-CGT de Savoie. Elle salua d’emblée les quelque 130 participants, « des femmes et des hommes attachés au mouvement syndical, qui agissent avec dynamisme et conviction pour défendre la place des retraités dans la société (…) face à un président de la République qui a l’ambition de détruire le syndicalisme et plus expressément celui que porte la Cgt ».

Dans un tel contexte, il apparaît que les retraités ont plus que jamais besoin de renforcer leur organisation pour défendre des droits acquis par une vie de travail. Car le renouvellement d’une disposition injuste et perverse comme l’augmentation de la CSG, utilisée dans un premier temps pour supprimer les cotisations chômage et maladie des actifs, pourrait être renouvelée pour d’autres usages réduisant encore le pouvoir d’achat des retraités.

…et pour le service public

François Thiéry-Cherrier a fait le déplacement. Evoquant la situation des Ehpad, il a montré comment l’intrusion du privé en quête de profits via l’exploitation de « l’or gris » devait conduire la Cgt à se battre pour s’opposer à des tarifs de plus en plus diversifiés qui débouchent sur des établissements à plusieurs vitesses, avec des difficultés d’accès pour les personnes de condition modeste, une précarisation des statuts du personnel dans certains établissements. « En France, de tout temps, on a fait cohabiter le secteur public et le secteur privé dans le domaine de la santé. Mais, depuis une quinzaine d’années, trop de concessions ont été faites au secteur privé qui veut désormais se financer sur le patrimoine des retraités », a prévenu le secrétaire général de l’UCR-CGT.

Défendre les intérêts communs

Il a également estimé que les organisations CGT de retraités doivent renforcer leurs liens avec le mouvement associatif de retraités comme l’UNRPA et d’autres. « Il y a même des associations de militaires retraités qui se disent prêtes à agir en commun avec l’UCR-CGT pour mieux défendre leurs droits », a déclaré François Thiéry-Cherrier pour montrer à quel point les dernières attaques du pouvoir politique contre les droits des retraités pouvaient aussi renforcer leur union pour la défense d’intérêts communs justifiés par des droits acquis via les cotisations durant une vie de travail.

Ambiance festive et culturelle

Plus tard, après un repas de qualité accompagné de vins de Savoie, un chanteur et des musiciens guitaristes -dont certains avaient l’âge des danseuses et des danseurs- animèrent la partie festive de la journée en alternance avec un magicien natif du département.

Dans cette même salle, sur une dizaine de panneaux, des syndicalistes retraités ont fait revivre la grève de mai et juin 1968 en reproduisant beaucoup de documents d’époque édités dans les entreprises locales. Il y avait, sur l’un de ces panneaux, un commentaire d’Henri Krasucki qui garde toute sa pertinence un demi-siècle plus tard : « Pour ceux qui faisaient leur entrée dans la lutte sociale, jeunes et moins jeunes, c’était une révélation : révélation des réalités et de la dimension de la lutte de classe. Dans ces moments-là, chacun se sent grandi et meilleur parce qu’il a donné ce qu’il a de plus généreux en lui pour une cause qui en vaut la peine ».

À Montmélian, en cette belle journée de juillet 2018, chacun en avait conscience et voulait encore donner ce qu’il a de plus généreux en lui.

Gérard Le Puill

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG des retraites : 4 taux possibles Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Achille Blondeau

Ancien dirigeant CGT des mineurs, résistant, déporté, est décédé samedi 21 septembre. José Fort l’a bien connu et il « aimait beaucoup cet homme vrai »…

Lire la suite