Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Loisirs › Lire

Marc Lavoine à la recherche de nouveaux chemins solidaires

Plus connu en sa qualité d’auteur-interprète ou d’acteur, l’écrivain raconte ce père « militant cégétiste, communiste et non croyant… »

Costume sombre, regard bleu acier, sourire convaincant pour ne pas dire ravageur. Pourtant, à bien l’écouter, le propos liminaire de l’auteur fait plus que prolonger le décor un peu « vintage » du souvenir des jours heureux de son enfance dont il dit dans ce livre(1) à la fois drôle et émouvant.

« Il y avait du boulot et de l’espoir pour tout le monde, nous roulions vers les années quatre-vingts sans même nous en rendre compte, on s’en foutait, on était bien. ».Toute une imagerie y passe au fil des pages : les objets (La Mob, le Solex et la R8 Gordini), les chanteurs (Leny Escudero ou Bécaud), les mythes (Angela Davis, Pablo Neruda et Allende) ou encore les dessins de Cardon dans l’Huma… Et ce père qui ressemblait tant à Jean-Claude Drouot !

"Mon livre parle de la transmission des cultures et des valeurs"

L’auteur n’est pas là pour le seul charme de ce temps ni de celui de son âge mûrissant. Devant un public découvrant pour une part un nouveau personnage, le propos se fait plus grave : « À 52 ans ce n’est pas l’âge de l’autobiographie.…C’est plus facile de parler de soi en parlant des autres. Mon livre parle de la transmission des cultures et des valeurs. En cela, comme le furent mes parents, les gens qui nous entourent sont utiles et importants ».

"... à la recherche de nouveaux chemins solidaires"

« À défaut de beaucoup de jouets, j’ai eu beaucoup de joies. À mes proches qui vivent aujourd’hui dans la facilité mon livre montre que nos parents ont payé cela très cher…Le couple des miens a commencé son histoire avant nous. Il s’est effondré en même temps que leurs illusions.…Pour autant l’esprit de banlieue dans lequel j’ai vécu mon enfance auprès d’eux vit toujours,…sans doute à la recherche de nouveaux chemins solidaires. »

 "Il faut du temps pour écrire et pour être compris"

Marc Lavoine aborde ensuite le volet des chemins de la création, du risque que l’on prend à aborder une autre discipline artistique que celle dans laquelle vous reconnaît votre public : « On est vite jugé et il faut s’en foutre. Il faut du temps pour écrire et pour être compris. En même temps, ça crée une fidélité solide. Il est important de remettre sans cesse son titre en jeu. Humilité et notoriété ont intérêt à rester ensemble. La littérature et le fait d’écrire permettent de garder le temps à votre rythme et c’est quand on prend ce temps que l’on entend son coeur battre. »
Revient en boucle dans son propos, le souvenir de ce père ligoté par ce terrible fil d’Ariane que fut la guerre d’Algérie pour sa génération. Nous laisserons le lecteur découvrir cette histoire incroyable vécue par cet homme jeune.

 
"Ce père qui nous parlait de tout..."

Une histoire digne d’un scénario qui aurait pu être écrit par un Henri Alleg(2) et mis en image par un René Vautier(3) : « Un homme qui a vu la mort de si près s’attarde ensuite à vivre sa vie pleinement. C’est ce que mon père a fait ! Et il a bien fait ! ». En retraçant ainsi ce père brûlant aussi fort sa vie dans le militantisme que dans ses aventures amoureuses, l’auteur évoque les collages d’affiches, le porte-à-porte, le muguet du 1er mai, la fête de l’Huma avec « (ce) père qui nous parlait de tout même si on ne comprenait pas toujours…Nous l’aurions suivi au bout du monde en trimballant nos seaux de colle et nos pinceaux » écrit-il, ajoutant pour son auditoire attentif et attendri : « Le chagrin de perdre un être cher devient une sorte de bonheur si on pense que ceux qui partent s’appartiennent désormais. C’est ainsi que je crois donc continuer à vivre à côté d’eux. »

 Ce frère-là, comme le père, a voulu s’engager au plus près des gens

Indissociablement, Marc Lavoine mentionne l’autre homme de sa vie. Ce frère ainé, 3e personnage du livre à propos duquel il écrit : « J’ai demandé à mon frère de me surveiller comme il le faisait depuis toujours. Je me suis endormi dans ses bras, le seul endroit où j’étais à l’abri. » Ce frère-là, comme le père, a voulu s’engager au plus près des gens.

Il s’est, notamment, mis au service des autres au sein de l’Ancli, association se préoccupant des questions de l’illettrisme. Faisant écho à cet altruisme fraternel, Marc Lavoine a choisi, lui, de tourner activement sa générosité vers les enfants autistes. « Ils m’accompagnent. J’ai cette chance d’élargir mon coeur. Ils m’aident à trouver une place dans la société. »


L’écrivain que voilà ne délaisse pas la chanson pour autant. Marc Lavoine est également l’un des moteurs de la réalisation d’un CD hommage à Jean Ferrat(4) où, pêle-mêle, il convie Cali, Bruel, Hubert-Felix Thiéphaine ou encore Catherine Deneuve et Sanseverino… à reprendre les morceaux phares du chanteur, se réservant "Camarade".

Pierre Courneloup

(1) L’homme qui ment, Éditions Fayard.
(2) Henri Alleg : Journaliste franco-algérien, membre du PCF, ancien directeur d’Alger Républicain, auteur du livre « La question » (Éditions de Minuit) où il dénonce la torture pendant la guerre d’Algérie.
(3) René Vautier : Le cinéaste le plus censuré du cinéma Français, résistant en 1943, aux côtés du FLN pendant la guerre d’Algérie qui lui inspirera le film « Avoir 20 ans dans les Aurès » (1972).
(4) Des airs de liberté. Sony music. voir Vie nouvelle N° 186, p53.

Voir le site officiel de Marc Lavoine

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Françoise Vagner

"J'ai tout aimé de ce que j'ai fait à la CGT". Ancienne secrétaire générale de l'UCR CGT, Françoise revient sur sa vie de militante et de dirigeante de la CGT.

Lire la suite