Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actualités › Actu

Ambroise Croizat le moderne, Emmanuel Macron le régressif

Le 11 février 1951, Ambroise Croizat disparaissait prématurément à 50 ans. Ouvrier à 13 ans, ministre du Travail à 44 ans, il est le créateur de la Sécurité Sociale. 75 ans plus tard, Emmanuel Macron, banquier de son état, s’entête à vouloir détruire le meilleur système de protection sociale au monde. Michel Etievent raconte le parcours du « ministre des travailleurs », vous connaissez celui du « président des riches ».

Il suffit de poser quelques citations d’Amboise Croizat pour mesurer le gouffre d’humanité qui sépare le « ministre des travailleurs » du banquier de Rothschild, "président des riches."

« Mettre définitivement l’homme aÌ€ l’abri du besoin, en finir avec la souffrance et les angoisses du lendemain... La sécurité sociale est la seule création de richesse sans capital. La seule qui ne va pas dans la poche des actionnaires mais est directement investie pour le bien-être de nos citoyens. Faire appel au budget des contribuables pour la financer serait subordonner l'efficacité de la politique sociale à des considérations purement financières. Ce que nous refusons. » déclarait Ambroise Croizat devant l’Assemblée Nationale en 1945. Cet engagement est terriblement d’actualité, quand on sait désormais les objectifs d’Emmanuel Macron.

" Il faut faire de la retraite, non plus l'antichambre de la mort mais une nouvelle étape de la vie". Une vision confiante en l’avenir, tandis que le président de la Ve République promet un sombre avenir pour les retraités.

"Ne parlez pas d'acquis sociaux, mais de conquis sociaux, car le patronat ne désarme jamais". De fait le patronat, aidé souvent des gouvernements qui se sont succédé depuis, n’a cessé de détricoter et d’affaiblir la Sécurité Sociale en la privant progressivement de ressources pour justifier le recours aux marchés financiers. L’expression « trou de la sécu » date de 1947 !

"On ne pourra pas avoir de politique efficace sans l'assentiment, l'accompagnement des gens". Emmanuel Macron, lui, veut imposer une réforme mortifère à une large majorité de la population qui n'en veut pas à la manière de l’ancien monde.

Rappelons également les quatre grands principes, issus du programme du Conseil National de la Résistance qui ont fondé l’identité sociale de la France et permis la conquête de la Sécurité Sociale :
- L’unicité, tous « les risques sociaux » : maladie, maternité, vieillesse, accidents du travail... sont couverts par une seule caisse,
- La solidarité fondée sur la répartition entre actifs et non actifs et financé par les richesses créées dans l’entreprise,
- L’universalité, il s’agit de soigner chaque individu de sa naissance aÌ€ son déceÌ€s,
- La démocratie, en confiant la gestion de l’institution aux bénéficiaires eux-meÌ‚mes.

Ambroise Croizat laisse aÌ€ l’agenda du sieÌ€cle ses plus belles conquêtes 

Après avoir fortement participé aux conquêtes du Front Populaire, le « ministre des travailleurs » et non pas seulement du Travail, réalise en deux ans une transformation majeure : la généralisation des retraites, un systeÌ€me de prestations familiales unique au monde, les comités d’entreprises, la formation professionnelle, la médecine du travail, le statut des mineurs, des électriciens et gaziers avec Marcel Paul, ministre de la Production industrielle, la prévention dans l’entreprise et la reconnaissance des maladies professionnelles, de multiples ajouts au Code du Travail, la caisse d’intempérie du bâtiment, la loi sur les heures supplémentaires à 50 %, le statut de la Fonction Publique avec Maurice Thorez, ministre d’Etat de la Fonction Publique, la suppression de la décote de 10 % sur les salaires féminins…

En 1945 alors que le potentiel économique de la France est détruit à 60 % de , les rédacteurs du programme du Conseil National de la Résistance décident dans la clandestinité de placer la santé au cœur de leur projet politique et de libérer des générations de la peur de la maladie, en créant la Sécurité Sociale.

L'article 14 du programme du CNR : " Nous, combattants de l'ombre, exigeons un plan complet de sécurité sociale visant à assurer à tous les citoyens des moyens d'existence dans tous les cas où ils seraient incapables de se les procurer par le travail, avec gestion par les intéressés et l'État. "

Et en 2020, la France, 6e puissance du monde, après 75 ans de paix et un PIB multiplié par 20 depuis 1945, serait incapable d’assurer la pérennité du système de protection sociale le plus performant au monde ?! Non, il s'agit d'autre chose. Il s'agit d'un projet de société qui place, non pas l'Homme, mais l'argent au centre d'un modèle économique et social dominé par les grandes puissances financières de la planète. Ce projet nous n’en voulons pas et nous ferons tout pour qu’il ne soit pas.

Pascal Santoni

Michel Etievent raconte Ambroise Croizat dans une conférence en 2011.

Jolfred Fregonara “un poilu de la Sécurité Sociale”, qui n’a pu exister que grâce à un investissement exceptionnel des militants de la CGT. “Jégo”, décédé il y a deux ans, en était.

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite

Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
Taxe d'habitation : degrevement ou pas ? Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS
Jean Pierre Grenon

Le physique d’un rugbyman et l’allure chaloupée, Jean-Pierre Grenon a le regard malicieux de ceux qui en savent long sur la vie syndicale et sociale.

Lire la suite