Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Idées

Il est temps de faire payer les riches

Alors que des millions de Français victimes du chômage et de la précarité ne peuvent plus acheter à manger, les trois plus grandes fortunes de France ont progressé de 100 milliards d’euros en trois ans !

Il y a tout juste un an, le président Macron et son gouvernement plaidaient pour la réduction des déficits et multipliaient les mesures d’austérité pour les salariés, les retraités, les locataires. Dès 2018, les retraités subissaient une ponction de 1,83% sur leur pension au titre du relèvement de la CSG. Parallèlement, le président Macron justifiait la suppression de l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qualifiant ses bénéficiaires de premiers de cordées.

Suppressions d’emplois

Quand la pandémie du coronavirus vint ralentir l’activité économique, 100 milliards d’euros furent mis à la disposition des entreprises, afin de limiter les conséquences de la récession économique. L’essentiel de cette somme est allé aux grands groupes multinationaux, sans véritable exigence du maintien de l’emploi. Le 22 novembre, le PDG du groupe Danone annonçait un plan de suppression de quelques milliers d’emplois, dont plus de 400 en France, dans les deux sièges de la société. Il donnait comme raison le recul des ventes d’eaux minérales, comme Évian et Vittel, du fait de la fermeture des bars et des restaurants. Mais les sites de production n’étaient pas concernés par le plan.

Rendant compte des déclarations du PDG de Danone, Le Monde du 23 novembre écrivait : « Monsieur Faber a réitéré son objectif d’une croissance des ventes de 3% à 5% à moyen terme, mais a dopé son ambition en matière de marge opérationnelle, évoquant désormais une marge comprise entre 15% et 20%. Un premier palier a été fixé pour 2022, avec le passage de la barre des 15%. En 2020, la rentabilité est attendue à 14%, alors qu’elle était initialement prévue à 16% ». Danone n’était pas au bord de la faillite, bien que l’on ait consommé un peu moins d’eau minérale ces derniers mois.

Quelques jours auparavant, le Gouvernement avait accepté la fermeture de l’usine de pneus de Bridgestone à Béthune, ce qui mettra au chômage 863 salariés dans un secteur de production aux qualifications très particulières qui ne permettent pas de se reconvertir dans d’autres métiers. D’autres plans de licenciements étaient annoncés tous les jours en novembre et décembre 2020.

Fortunes récompensées

Avec l’aide de la Banque centrale européenne (BCE), le Gouvernement avance des milliards aux firmes, mais ne cherche pas à contrôler l’usage qu’elles en font. Du coup, les multinationales exigent de leurs sous-traitants des baisses de tarifs, quitte à les contraindre de choisir entre dépôt de bilan et délocalisations de productions dans les pays à bas coûts de main-d’œuvre. Et en même temps, pour parler comme Macron, rien n’est prévu pour faire payer les riches.

Le 27 juin 2017, alors que l’actuel chef de l’État venait de s’installer à l’Élysée, le magazine Challenges écrivait : « En 22 ans de classement de Challenges, le Produit intérieur brut (PIB) français a à peine doublé, passant de 1 259 milliards d’euros en 1996 à 2 222 milliards en 2017. Dans le même temps, la fortune des 500 personnes les plus riches de France du classement Challenges a été multipliée par sept, passant de 80 à 571 milliards d’euros de 1996 à 2017. La fortune cumulée des 10 Français les plus riches a été, elle, multipliée par 12 ».

Sur la plus haute marche du podium figurait Bernard Arnault avec 46,9 milliards d’euros. Il devançait la famille Bettencourt-Mayers avec 35,8 milliards, puis Axel Dumas et sa famille pour le groupe Hermès avec 30,85 milliards. Le 8 juillet 2020, selon le classement effectué par Challenges, qui s’intéresse aux 500 plus grandes fortunes de France (sic), on apprenait que « leur richesse cumulée est équivalente à 730 milliards d’euros ». En tête de liste, comme toujours, on trouve Bernard Arnault, qui, selon Challenges, a vu sa fortune dépasser le seuil de 100 milliards d’euros.

Cette fortune a donc doublé en trois années de présidence d’Emmanuel Macron ! Celle d’Axel Dumas du groupe Hermès atteignait 53 milliards d’euros, prenant ainsi la médaille d’argent, devant la famille Bettencourt-Mayers en fort progrès aussi avec 51 milliards. Comme il fallait le récompenser pour avoir amassé autant de fric en si peu de temps, le Prix de l’entrepreneur de la décennie a été remis à Bernard Arnault, le 30 novembre 2020, par BFM Business.

Prendre l’argent où il est vraiment

Mais alors, vu la croissance cumulée de la richesse de ces trois familles avec 100 milliards d’euros de plus en trois ans, vu la progression de celle des 500 familles les plus riches de France et le gain de 237 milliards de dollars pendant la pandémie par les cinq plus grandes fortunes mondiales, dont fait partie Bernard Arnault, le moment n’est-il pas venu d’exiger les mesures suivantes : rétablissement immédiat de l’ISF, mise en place en 2021 d’un Impôt exceptionnel Covid-19 sur ces 500 fortunes pour combler le déficit de la Sécurité sociale, de l’Unedic et des caisses de retraites ?

Le produit d’un tel impôt serait profitable pour tout le peuple.

Gérard Le Puill

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite


Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG et CRDS des retraites en 2021 Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS/ACTEURS
Jean Pierre Grenon

Jean-Pierre nous a quittés. Ses ami.e.s, ses camarades se souviendront longtemps de l'homme, du militant, de l'acteur dynamique du syndicalisme retraité. Il était notre témoin en octobre 2017.

Lire la suite