Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Repères › Pouvoir d'achat

RETRAITÉS. C'EST L'HEURE DES COMPTES MONSIEUR LE PRÉSIDENT

Les retraités perdent du pouvoir d’achat depuis 30 ans, avec une baisse de 12% entre 2014 et 2021. Revendiquer une augmentation mensuelle et immédiate de 300€ pour tous est donc pleinement justifié en cette année 2022.

Le recul du pouvoir d’achat des retraités n’a pas débuté avec l’élection d’Emmanuel Macron comme président de la République. Néanmoins, les chiffres montrent une aggravation de leur situation depuis qu’il exerce la fonction. Il était déjà ministre de l’Économie en 2014 dans le gouvernement dirigé par Manuel Valls. Depuis cette date, la baisse du pouvoir d’achat des pensions est de 12%. Dès 1990, date de la mise en place de la première Contribution sociale généralisée (CSG) par le gouvernement Rocard, les divers prélèvements sur les pensions de retraite n’ont cessé d’augmenter.

En 1993, la réforme du Premier ministre Balladur avait fait passer le calcul des pensions du secteur privé sur les 25 meilleures années de la carrière professionnelle au lieu des 10 meilleures. Cela fait alors baisser la retraite mensuelle de presque tous les retraités du privé. C’est surtout le cas pour les victimes de licenciements économiques - suite aux délocalisations de productions industrielles dans les pays à bas coûts de main-d’œuvre - qui ont parfois connu de longues périodes de chômage, puis un nouveau départ au bas de l’échelle,. Parallèlement, le nombre de trimestres à valider pour bénéficier d’une pension complète n’a cessé d’augmenter.

La Cgt demande 300 € par mois pour tous

Quand on a toutes ces informations en tête, on comprend facilement les raisons de la journée d’action qui a rassemblé 25 000 personnes, le 2 décembre 2021 à Paris, à l’appel de neuf organisations de retraités. Cette action avait été proposée à ses partenaires par l’Union confédérale des retraités CGT dès le mois de septembre. Marc Bastide, secrétaire général de l’UCR-CGT, en avait résumé les raisons lors du Comité général de Vénissieux le 24 novembre dernier dans son rapport d’ouverture, en ces termes : « Nous le mesurons chaque jour, de plus en plus de retraités poussent les portes de différentes associations caritatives, comme de plus en plus de jeunes d’ailleurs (…). L’argent coule à flot pour les patrons et rien pour les retraités, alors que les prix flambent. Cela affecte des secteurs essentiels comme l’énergie, l’alimentation, le transport, les mutuelles. En décembre, l’inflation était de 2,8% sur un an alors que les pensions et retraite de base n’ont augmenté que de 0,4% en janvier. À cela s’ajoute la perte des années précédentes avec le gel des pensions, voire même la baisse de 1,83% imputable à la hausse de la CSG en 2018 ».

Voilà qui justifiait, face à une forte reprise de l’inflation, une « augmentation immédiate de 300€ par mois pour toutes les pensions de retraites ». La discussion a ensuite montré que cette proposition était unanimement portée par les membres élus du comité général et elle se justifie depuis par l’accélération de la hausse des prix.

Le net, le brut et les truands

Partant d’une allusion au film de Sergio Léone, Le bon, la brute et le truand, un intervenant dans le débat de Vénissieux a évoqué « le net, le brut et les truands » pour montrer comment Macron et d’autres décideurs politiques plaident pour une baisse permanente du salaire différé qui alimente les budgets de la Sécurité sociale et des caisses de retraites. Ces politiciens suggèrent que l’augmentation des salaires nets implique de baisser le salaire brut. D’une part, ils occultent les profits et les dividendes en hausse, de l’autre, ils veulent réduire encore la protection sociale et le pouvoir d’achat des retraités. Dans le film de Sergio Léone, Lee Van Cleef tenait le rôle du tueur à gages chargé d’exécuter tour à tour deux hommes à leur domicile. Chacun des deux l’avait payé pour tuer l’autre et, juste avant d’appuyer sur la gâchette, il leur disait ceci : « Moi, je termine toujours le travail pour lequel on m’a payé. »

Ne rien lâcher en cette année électorale

Il y a un peu de cela dans l’attitude du président des très riches qu’est Emmanuel Macron depuis 5 ans. Sa première décision fut de supprimer l’Impôt de solidarité sur la fortune (ISF) tandis qu’il faisait baisser les pensions de retraite par l’augmentation de la CSG comme par leur sous-revalorisation au regard de l’augmentation des prix durant son quinquennat. Il y a déjà des propositions du même genre chez des candidats à l’élection présidentielle, à commencer par Valérie Pécresse, Marine Le Pen et Éric Zemmour. Tous les trois ont déclaré vouloir rapprocher le salaire net du salaire brut, en faisant baisser le brut pour augmenter le net. Face à ces entourloupes, il faut porter haut et fort dans toutes les organisations de l’UCR-CGT la revendication de 300€ pour tous les retraités en cette année d’élection du président de la République, puis des députés.

Gérard Le Puill
Dossier Vie nouvelle

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite


Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG et CRDS des retraites en 2021 Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS/ACTEURS
Madeleine Riffaud ou la résistance au cœur

La vie de Madeleine Riffaud est un hommage à la résistance sous toutes ses formes et en toutes circonstances. Nous lui avons demandé de revenir sur les épisodes marquants de cette vie incroyable.

Lire la suite