Le Magazine de l'UCR
je m'abonne
Espace diffuseur
Actions › Solidarité

UN FLEURON NATIONAL DE LA VERRERIE

Depuis 1974, Bagneaux-sur-Loing, dans le Sud de la Seine-et-Marne, vit au rythme de la lutte des verriers contre les restructurations. Son maire, Claude Jamet, une figure du mouvement ouvrier local, incarne plusieurs décennies de résistance. Reportage.

« Tu te rends compte de ce que tu me fais revivre », lâche Claude Jamet en levant des yeux embués par l’émotion. Au son de Ma France, l’hymne phare de Jean Ferrat, il visionne sur son téléphone des images des manifestations passées. Dans la mairie qu’il dirige depuis 2001, Claude n’est pas peu fier des sculptures en verre et des superbes vitraux qui ornent le hall principal. Au-delà d’être le maire de cette bourgade industrielle, il incarne 60 ans de luttes ouvrières du bassin de Nemours. Il a mené - et mène encore sans relâche à 80 ans - le combat contre le bradage de l’industrie du verre dans la région.

Avec son compagnon de combat, Jean-Pierre Bruand, une figure locale des retraités CGT, il peste contre « ces vautours qui prennent l’argent public pour payer les restructurations et les licenciements et s’en vont, les poches pleines, distribuer des dividendes aux fonds de pensions américains ». Bagneaux-sur-Loing, c’est la rue du Gâtinais. Une artère principale qui coupe en deux la commune de 1 600 habitants sur les bords du Loing. D’un côté les cités ouvrières. Toutes les mêmes et joliment entretenues. De l’autre, l’usine. Ou ce qu’il en reste. Sur des centaines de mètres, une immense friche industrielle de l’ex-site Thomson. Trois hautes cheminées, d’où plus aucune fumée ne sort depuis sa fermeture, dominent toujours un bâtiment blanc aux parois éventrées. Juste à côté, un édifice quasi neuf.

Du capitalisme industriel au capitalisme financier

Le premier des trois sites de fabrication a été mis en place par Corning France, multinationale américaine, dans les années 2000. On y fabrique toujours des écrans de télévision aux verres finis de haute technologie. Plus loin, au-delà de la voie ferrée, l’unité vision produisait de la verrerie de laboratoire, mais aussi culinaire : des marques populaires telles que les casseroles Vision ou les plats Pyrex dont la production a depuis été délocalisée au Brésil ou au Royaume-Uni.

Aujourd’hui, on y fait des plaques de cuisson en vitro céramique. Enfin, l’unité optique lunetterie, la plus ancienne du site, dans laquelle sont fabriqués des verres pour la lunetterie ou l’optique scientifique. Il est loin le temps où, à Bagneaux, en 1753, on soufflait les premières bouteilles destinées à conserver le vin de Bordeaux. Ainsi, de Louis XV au XXIe siècle, du capitalisme industriel de la Société Sovirel à la mainmise du capitalisme financier du groupe Corning, les verriers de Bagneaux, ouvriers ou ingénieurs, ont acquis un important savoir-faire.

L’enjeu de la formation

Et ils l’ont fait savoir. Entre 1975 et 1985, avec les salariés, la population et toute la CGT, Claude et Jean-Pierre mènent une lutte courageuse et légitime. Dans l’usine, dans la rue, au tribunal, à l’Assemblée nationale, au Sénat… contre vents et marées, ils n’auront de cesse de défendre leur savoir-faire et les emplois. « Nous avons tout ici pour développer les productions. Le sable de Fontainebleau, un des plus purs au monde, le quartz, l’argile, les transports par la route, les voies ferrées et fluviales. Sans compter le savoir-faire des ouvriers et le centre de recherche voisin à Avon », explique Claude Jamet. Lui aussi connaîtra le cycle infernal des discriminations, des provocations et des sanctions que la justice finira heureusement par lever. Tous les syndicalistes brimés réintègreront l’usine la tête haute.

Mais la lutte a parfois un goût amer. « Nous avons quand même perdu sur la question des emplois. De délocalisation en restructuration, ils en auront supprimé près de 2 000 », souligne Jean-Pierre. Reste que tout cela ne peut pas avoir été vain. L’Union locale CGT de Nemours, sous l’impulsion d’Elsa Geneste, sa secrétaire générale, engage la bataille pour la création d’une filière de formation aux métiers du verre en milieu scolaire, au Lycée de Nemours (voir encadré). Une manière de rebondir pour offrir d’autres débouchés, sur place, aux jeunes générations de ce bassin industriel.

Michel Scheidt


Elsa Geneste : « Inventer un avenir à la jeunesse »

Secrétaire générale de l’Union locale CGT de Nemours :

"Dans la filière Verre, l’essentiel de la formation des jeunes se fait actuellement au travers de l’apprentissage dans les CFA. Nous voulons mettre en place une filière de formation sous statut scolaire au Lycée polyvalent de Nemours. C’est le sens de la délibération du congrès de notre Union locale en octobre 2021. Les métiers du verre ont évolué. Ils réclament aujourd’hui de plus en plus de connaissances technologiques et nécessitent des formations sur le temps long (Bac, BTS, voire plus). Les structures de l’Éducation nationale le permettent. Parce que le bassin de Nemours est fortement imprégné de l’histoire et de la culture du verre, une telle filière permettrait aux jeunes de se former sur place. Bien qu’il reste à convaincre la région Ile-de-France en charge des formations, je suis optimiste. Récemment, Mohammed Oussedik, secrétaire général de la Fédération CGT du Verre et Philippe Martinez ont écrit en ce sens au Premier ministre et au président de la République. Une autre manière de relier l’histoire industrielle du bassin de Nemours et l’avenir de sa jeunesse."


 

Préparer ma retraite
Vous vous interrogez sur la date exacte de votre départ à la retraite.Sur la date à partir de laquelle vous devez faire valoir vos droits à la retraite, les démarches à entreprendre, le montant de votre ou vos pensions...

Lire la suite


Mes droits en chiffres
Retraites, Pensions, Allocations, Minima, Sécurité sociale, CMU, APA, SMIC, RSA; Prix, Loyers...

Lire la suite

Ce qu'il faut savoir
CSG et CRDS des retraites en 2021 Nouveau !

Lire la suite

TEMOINS/ACTEURS
Madeleine Riffaud ou la résistance au cœur

La vie de Madeleine Riffaud est un hommage à la résistance sous toutes ses formes et en toutes circonstances. Nous lui avons demandé de revenir sur les épisodes marquants de cette vie incroyable.

Lire la suite